Jean-Francois Copé sur les relations Franco-allemande où la mémoire sélective des UMPistes

La déclaration de Copé est à l’aune du personnage ; un tricheur

En marge des célébrations du 50e anniversaire du Traité de l'Elysée, Jean-François Copé avait déploré lundi à Berlin "une dégradation du tandem franco-allemand", due largement selon lui "à la responsabilité personnelle" de François Hollande. 

Le président "manque de hauteur de vue", avait-il enchainé lors d'une intervention à la Fondation Konrad Adenauer, proche de la CDU de la chancelière Angela Merkel, dans une diatribe contre le chef de l'Etat… et contre la France en général. "Vu d'Allemagne, il y a un décrochage français. Je partage cet avis. La France doit aller bien plus loin dans les réformes structurelles", avait argué le député-maire de Meaux. 

Selon le président de l'UMP, ce "décrochage date de quinze ans", lorsque la France "adoptait les 35 heures, une catastrophe dont on n'a pas réussi à sortir".

La mémoire sélective de la droite UMPiste

Le président de l'UMP semble oublier que "depuis quinze ans", la France a connu cinq ans de gouvernement Chirac et cinq autres sous Nicolas Sarkozy. Ce que ne manque pas de souligner Fleur Pellerin. "Ce qui est mis en cause, c'est la politique menée par ses propres amis puisqu'il met en cause les politiques menées depuis dix ans", a-t-elle taclé mercredi. 

Même en ce qui concerne les 35 heures, aucun gouvernement n'a souhaité les remettre en cause. Nicolas Sarkozy avait bien proposé pendant la dernière campagne des "accords compétitivité-emploi", consistant à faire évoluer le temps de travail dans les entreprises selon leur situation économique. Mais, le président sortant battu à la présidentielle, elle n'a jamais vu le jour.

Le Copé de 2009 taclait Royal qui tenait les mêmes propos que lui

En 2009, Jean-François Copé s'était indigné contre des propos de Ségolène Royal, qui avait vivement critiqué Nicolas Sarkozy lors d'un déplacement au Sénégal. 

Il s'était alors lancé dans une charge en règle qui pourrait être appliqué… au Copé de 2013. "Ce qu'elle a dit est absolument scandaleux. Les propos de Ségolène Royal m'ont extrêmement choqué tout d'abord parce qu'ils ont été dits à l'étranger. C'est inimaginable qu'un responsable politique qu'il soit de la majorité ou a fortiori de l'opposition critique notre pays à l'étranger", s'était-il emporté.

Donc, rien de neuf chez les UMPistes ; non seulement ils nous ont planté le pays durant dix ans, mais en plus, une fois dans l’opposition, ils n’arrivent même pas à gagner leurs élections internes et se paluchent de déclarations aussi ridicule que celle-ci.

Jean-Francois Copé sur les relations Franco-allemande où la mémoire sélective des UMPistes
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog