Eva Joly et l’affaire Bettencourt ; «La présomption d'innocence n'empêche pas les faits d'exister»

  • le kiosque aux canards
  • EELV

Bettencourt le kiosque aux canards


Une baston entre un magistrat et un président dans la merde

Tout commence dans l’émission “Des paroles et des actes” ; Eva Joly y déclarait “des présomptions concordantes et précises” contre le NanoPrésident Sarkozy dans l’affaire Bettencourt, dont une partie parle des financements illégaux de sa campagne de 2007, financée en partie par madame Bettencourt.

On apprenait, début mars, que la trace de sept opérations relatives à la famille Bettencourt figurait dans les archives de Cofinor : 400 000 euros le 5 février 2007 ; 400 000 euros encore le 26 avril 2007 ; puis deux fois 1 million d'euros les 2 et 8 décembre 2008 ; enfin, trois fois 400 000 euros les 18 novembre, 27 novembre et 7 décembre 2009. 

Aucun de ces versements n'a pu être expliqué, Liliane Bettencourt ayant été placée sous tutelle l'an dernier et son mari, l'ancien ministre André Bettencourt, étant décédé fin 2007. À chaque fois, la somme était retirée à Paris par les hommes de Cofinor et livrée par un "coursier" porteur d'un mot de passe convenu à l'avance. Patrice de Maistre ne nie pas avoir organisé ces remises de fonds.

Un nouveau magistrat qui relance l’affaire

Mis en examen pour "abus de faiblesse" au préjudice de la milliardaire, M. de Maistre est incarcéré depuis le 23 mars à la prison de Gradignan (Gironde). "Il est arrivé que Patrice de Maistre me demande de mettre à disposition de Mme Bettencourt des fonds à Paris, confiait-il. L'opération était effectuée par des organismes professionnels de compensation. (...) Je n'ai jamais assisté personnellement à de telles remises de fonds. J'imagine qu'elles ont été effectuées correctement. Ce que je puis dire, c'est que M. de Maistre était très rigoureux, insistant pour que les fonds soient remis en main propre à Mme Bettencourt." L'avocat précisait dès cette date que les fonds provenaient d'un compte ouvert "il y a vingt ou trente ans" à la banque Hyposwiss au nom d'une société-écran panaméenne baptisée "Noblesse Investment".


La réponse étrange du NanoCandidat Sarkozy

Invité à son tour sur le plateau de l’émission “Des paroles et des actes” ; le NanoCandidat Sarkozy repondait à la candidate d’EELV qu'il opposait le «mépris le plus cinglant » aux «ragots», à la «médisance», à la «méchanceté», à la «volonté de détruire et de démolir». Et d'enfoncer le clou : «Quand on pense que cette dame, qui viole tous les principes du droit, qui porte des accusations scandaleuses sans aucune preuve, était magistrate, ça fait frémir !». Le NanoPrésident oubliait sans doute que le nouveau magistrat instruisant l’affaire interrogeait les différents intervenants de cette affaire, pourtant, dans le sens des affirmations d’Eva Joly.

A l'issue du meeting qu'elle tenait au même moment en Rhône-Alpes,  Eva Joly est lourdement revenue à la charge. «La présomption d'innocence n'empêche pas les faits d'exister», a-t-elle ajouté après avoir demandé évoqué l'existance d'une dizaine de témoignages concordants. «Ce que je dis haut et fort c'est que dans une campagne, dans n'importe quel autre pays avec ce qu'il y a sur la table, il faudrait s'expliquer, il ne résisterait pas 24 heures. C'est la situation en France qui est parfaitement anormale», a-t-elle conclut sous les cris des militants écologistes  scandant «Sarkozy en taule !».

Le Kiosque aux Canards

Présidentielles 2012

Affaire Bettencourt

Eva Joly

Nicolas Sarkozy

Mis en examen

lekiosqueauxcanards

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog