“Des Paroles et des Actes” Copé vs Fillon : une audience catastrophique et une étrange confirmation

  • le kiosque aux canards
  • UMP

lekiosqueauxcanards-cope-fillon.jpeg

Moins de 10 % de téléspectateurs ont suivi le débat UMPiste

C’est d’ailleurs aussi un UMPiste, Alain Juppé, qui détient le recors de l’audience la plus faible avec 2,2 millions de téléspectateurs et 9,4 % de part d’audience. Fillon n’a pas eu besoin de sortir les fiches méticuleusement préparées et Copé ne s’est pas lancé dans une opération de désunion. Calme et tranquille, sans opposition majeure. Une discussion entre potes, quoi.

«Je n'ai pas d'adversaire dans cette campagne», a proclamé Fillon, expliquant qu'il ne dévoilerait pas publiquement des «divergences» dont il a pourtant reconnu l'existence. «Il y a entre François et moi un respect total, a renchéri Copé. On a des différences, mais on a surtout beaucoup de points communs, et c'est heureux, parce qu'on est de la même famille.»

La règle “Ni FN, ni Ps” patagée par les deux compères

Décidément, les UMPistes ont la mémoire courte. Certes, ils ne se souviennent déjà plus de leur bilan catastrophique de ces cinq dernières années, mais en plus, ils ne se rappellent pas que la gauche a toujours privilégié un front républicain contre le Front national. 

Copé et Fillon partage cette valeur commune : il se foutent de faire élire un candidat Fn. Ce qui n’est pas une surprise vu que l’un des deux surfe allègrement sur la vague de “l’anti tout” ; le cheval de bataille des adorateurs de la führieuse. Tournée de petits pains au chocolat à chaque sortie médiatique puisque le message semble avoir été entendu ; ce matin, la présidente du Fn appelait les militants UMPistes à rejoindre ses rangs. 

Najat Vallaud-Belkacem tente de faire retrouver la mémoire aux UMPistes

La porte-parole du gouvernement a constaté que les deux rivaux s'étaient «mis d’accord» sur la règle du «ni PS-ni FN», c’est-à-dire de ne pas appeler à voter PS en cas de duel avec le FN, ce qui a longtemps été la tradition à droite jusqu’aux cantonales de 2011. «Je vous rappelle que par le passé, le Parti socialiste a été capable de prendre sur lui-même pour préférer voter pour un candidat de droite plutôt qu’opter pour le "ni-ni". C’est ça les valeurs républicaines, c’est faire la distinction entre un parti républicain et un parti d’extrême droite», a-t-elle poursuivi.

Fillon reconnaît que Sarkozy a fait retarder les plans sociaux

Bon, ça on le savait mais c’est tout de même une jolie confirmation. Sarkozy a bien fait retarder les plans sociaux qu’on se coltine aujourd’hui. Petits bras jusqu’aux bouts nos UMPistes. 

Ainsi, l'ancien Premier ministre a été interrogé sur le livre de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Camille Pascal, dans lequel celui-ci affirme que Nicolas Sarkozy avait poussé Philippe Varin, président de PSA, à repousser l'annonce d'un plan social.

"C'est absolument faux ce que vous dites. On a un président de la République qui ne veut pas effectivement" de ce plan social, a rétorqué M. Fillon. Donc, selon  Fillon,  Sarkozy n'a pas "demandé qu'on repousse l'annonce, il (a) demandé qu'on repousse le plan social, ça ne revient pas du tout au même". Drôle de manière de se défendre en appuyant là où cela fait mal pour son ancien job.

Mais bon, vu l’intérêt porté par le faible nombre de téléspectateurs hier soir au débat UMPiste, il n’est pas certains que celles et ceux qui n’étaient pas encore endormis devant leur poste aient capté la phrase magique de Fillon

Le Kiosque aux Canards

Débat Copé Fillon

Ump

Faible audience

Report plan PSA

Sarkozy

lekiosqueauxcanards

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog