Dernière ode aux perdants

  • le kiosque aux canards
  • Société

lekiosqueauxcanards-avant-j-etais-president.jpg

Allez, soyons sport avec l’UMP

Ben oui ; soyons sport avec les perdants.  En plus, Le Canard du Kiosque est persuadé qu’on va en regreter certains. D’autant qu’ils tirent une tronche d’enfer et que rien que ça vaut largement l’énergie dépensée dans la campagne.


D’ailleurs, le côté aigri leur va bien au teint, eux qui ont validé les politiques catastrophiques de ces cinq dernières années dont, d’ailleurs, ils se seraient rendu compte du côté dangereux pour eux, s’ils avaient pris le temps d’aller jeter un œil vers la France d’en bas, pour apprécier les fruits de leurs mesures.


Mais voilà ; parler du peuple sans réellement l’approcher, c’est déjà compliqué en période normale ; ça devient complètement iréel en période troublée. Et kamikaze en période de crise, surtout quand on a passé son temps a privilégier celles et ceux qui n’en ont pas besoin. Ou pas dans la même urgence. Ou pas du tout.


Copé ; ex opposant, ex cireur de pompe, futur présidentiable

C’est là que notre affect va morfler. Les sortants. Le premier n’en est pas un. Copé, le chef des UMPistes, celui qui a gagné sa place en arrêtant d’être le premier détracteur, à droite, de l’ex président Sarkozy – ex président Sarkozy ; ça le fait grave… - ; celui qui aura passé les premiers mois du quinquennat à lui mettre dans la tronche quasi ouvertement et celui qui s’est vu offrir le trone UMPiste en échange d’une obligation de la fermer. C’est beau, la droite. C'est beau, Copé...

M’dame Morano fait ses valoches

Et puis, y’a les bizarres… La première d’entre eux fut l’une des armes fatales de la gôche durant la campagne, à tel point qu’on ne l’entendit plus à la fin ; M’dame Morano ! La grande, la gueularde, la géniale Morano qui a fait tellement pour notre campagne - la nôtre, à gôche - en contribuant à dégouter les vieux de la vieille du RPR de voter pour son guignol bling-bling à elle ; déjà, la bouchée était bien grosse à avaler, alors avec une telle porte parole, ça devenait inbouffable pour eux.

NKM ordonne que l’on fasse ses malles

D’autant qu’il y avait, dans le même gouvernement puis dans la même campagne, le côté clair de M’dame Morano ; l’autre visage de Janus, l’inverse, la chicos NKM, la classieuse, l’ancienne officier de Marine durant son service national, obligatoire quand on fait l’X. Elle attaque sec mais avec un petit côté coquin que Le Kiosque aux Canards regrettera. Tout comme ses grandes envolées lyriques, le regard en dessous, et la lippe amère. C’était bon, c’était grand, c’était beau !

M’sieur Wauquiez fait son sac à dos

Au milieu, Laurent Wauquiez, perdu entre ses valeurs sociales et la vase remuée méticuleusement par un Hortefeux ou d’un Guéant. Pauvre Wauqiez, tombant des nues en entendant le discours de ces ouvrières, qu’il avait fait venir à l’Elysée pour rehausser l’image populaire de son « guide », et qui lui ont pondu une conférence de presse catastrophique pour l'ex majorité - "ex"... on s'en lasse pas -. On se souvient de sa mine déconfite et de son regard, tourné vers ses pompes. Et de l’engueulade présidentielle qui suivie. Bon, ok ; pour nous, à gôche, ça fait parti des bons souvenirs. Les autres ? Aucun intérêt de reparler d’elles et d’eux ; ils nous ont trop fait chier.

Sarkozy… Qui ça ?

Et oui jolies lectrices et fiers lecteurs ; « Sarkozy… Qui ça ? ». Bientôt, à la place d’un Giscard d’Estaing en moins sage, moins cultivé, moins bien implanté, et … Moins grand… Mais avec le "plein" d’avantages : pas besoin de monter une vrai/fausse affaire de diamants avec lui ; des affaires de pognons, notre ex président Sarkozy – c’est bon, hein ?… - il en a des tas ; entre le financement de la campagne de son gros ami en 1995, en passant par la sienne en 2007 et les trucs bizarres et étranges de certains de ses ministres ; notre sortant en chef a bien fait de rester actionnaire de son cabinet d’avocats, vu qu’il pourrait en avoir grandement besoin d’ici peu.

En fait, avouons le, maintenant qu’ils vont sortir ; si la situation n’avait pas été aussi dramatique pour nombre d’entre nous ; ils nous auront bien fait marrer, nos UMPistes et, sans s’en rendre compte – esperons le pour eux -, nous ont vraiment aidé, dans leur manière de faire campagne, pour ne pas avoir besoin de pousser le bouchon trop loin dans la caricature. Ils y sont très bien arrivés eux-mêmes.

Souvenons-nous en  juin, lors des législatives, pour ne pas commettre l’erreur de 2007, maintenant que nous les connaissons bien.Dernière ode aux perdants... Le Kiosque aux Canard l'espère bien.

Le Kiosque aux Canards

Présidentielles 2012

UMP

Sarkozy

Copé

Morano

Wauquiez

Perdants

lekiosqueauxcanards

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog