Ben où qu’il est barré mon pouvoir d’achat ?

  • le kiosque aux canards
  • Actualités

lekiosqueauxcanards-pouvoir-dachat-niveau-de-vie

Pourtant, en 2007, un gus avait promis au Canard que s’il mettait son petit papier dans la fente, son pouvoir d’achat serait porté au plus haut. D’ailleurs, même que le type il avait pondu un machin qui disait “Travailler plus pour gagner plus”. Donc acte. Dès 2009, Le Canard s’était rendu compte, à l’instar de Sylvain Lapoix, que les quelques heures supplémentaires défiscalisées avaient surtout profité aux profiteurs du bouclier fiscal.

Plus chiant, le Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques, par la plume de son rapporteur UMPiste a présenté sa Synthèse du rapport d’information n° 3615, qui a pour titre “Évaluer le « travailler plus pour gagner plus »” - voir l’original : ici. Et, pour les jolies lectrices et les fiers lecteurs qui avaient loupé le billet d'humeur du Kiosque aux Canards sur le sujet : "Le “travailler plus pour gagner plus” reconnu comme un échec par le Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques."

Quand Le Canard vous aura indiqué que le premier rapporteur de la commission est Jean-Pierre Gorges, député UMP de la première circonscription d’Eure-et-Loir et pas un affreux gôchiste altermondialiste, Le Canard pourra terminer son Billet d’humeur en vous confirmant sa “fierté”d’avoir écrit à peu près la même chose lors de la campagne des présidentielles 2007.

Pois chiche sur le couscous ; Ipsos nous pond une enquête sur le sujet, forcément présent dans a prochaine campagne présidentielle.

« (...) En 2008 (...) Plus des deux tiers (68%) l’estimaient en diminution. Trois ans plus tard, l’impression s’est non seulement renforcée mais accélérée : 4 Français sur 5 perçoivent une dégradation de leur pouvoir d’achat au cours de l’année écoulée. Ils sont 43% à juger qu’il s’est « un peu dégradé » et pour 37% à s’être « beaucoup dégradé ». 15% jugent que leur pouvoir d‘achat « est resté stable ». Seuls 4% qu’il s’est « beaucoup ou peu amélioré ». Des chiffres qui font écho à la crainte de paupérisation de nos concitoyens (85% « redoutent la pauvreté pour leurs enfants ) »

Comment les français évaluent leur pouvoir d'achat ? 


56% le mesurent à ce qui “ reste après les dépenses fixes “ (loyers, assurances, taxes, abonnements, gaz et électricité, etc.) 

17% seulement en faisant la comparaison entre "l’évolution des revenus et celle des prix des produits de consommation courante"

15% à “ l’évolution de la qualité de vie “ 

Et 12% seulement “ aux revenus “ 

« (...) un tiers des Français disent faire leurs courses à l’euro près ! (...) » 

Pour 31%, c’est “ à l’euro près “

Pour 20% “ à cinq euros près “, “ à 10 euros près “ 

Pour 25%, “ à 50 euros près “ 

17% ne comptent pas vraiment 

Comment les français gèrent-ils ces difficultés ? 

Lorsqu'on leur demande s'ils ont cherché à réduire leurs dépenses au cours des 12 derniers mois, ils répondent 

Pour 29% : “Systématiquement” 

Pour 39% : “souvent”

Quant à l'avenir (12 prochains mois) ? 

Pour 29%, “ beaucoup se dégrader “

Pour 41%, “ un peu se dégrader “ 

Pour 22% “ rester stable “ 

Seuls 7% seulement voient une "amélioration" 

A noter que : 18% des Français considèrent que le pouvoir d'achat sera « le principal sujet » et 66% « un des principaux sujets » de la campagne pour l’élection présidentielle 2012.

Alors, jolies lectrices et fiers lecteurs, vous direz au Canard que c’est principalement du à la “crise” que notre NanoPrésident n’a pu mettre en oeuvre ses mirifiques réformes bénéfiques à notre pouvoir d’achat ?

Pas aussi simple que cela car, si nous prenons le temps de jeter un oeil sur le PIB par habitant en standards de pouvoir d’achat, calculé par Eurostat avec les données de 2010, nous nous rendons compte que, malgré les jolis discours de notre NanoPrésident, la France se traîne lamentablement derrière des pays qui ont aussi subi la crise.

C'est au Luxembourg que le PIB par habitant exprimé en SPA est le plus élevé : il est plus de deux fois et demi supérieur à la moyenne de l'UE. Vient ensuite les Pays Bas avec un PIB supérieur de 34 % à la moyenne européenne, le Royaume-Uni, la Belgique, la Finlande, l'Allemagne qui se situent au dessus de la moyenne européenne.

Encore une jolie réussite des UMPistes... Ben où qu’il est barré  mon pouvoir d’achat ? En parti barré avec le bouclier fiscal...

vousaimerez

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog