Argent versus humanité

Un nouveau billet d'humeur de Manou Bouzid, notre correspondante en Tunisie.

Le Monde deviendrait-il fou et l’humanité perdrait elle la raison ? Pour la perdre, il faudrait qu’elle en ai déjà eu une. En fait c’est le mercantilisme qui dirige tout. Le Monde veut faire du fric au détriment de l’humanité.

Lorsqu’un conflit s’apaise sur un coté du globe, un autre commence ailleurs.

Les adeptes du complot

Les adeptes du complot vous répondrons que c’est soit pour protéger Israël, soit pour que les grandes puissances aient la main mise sur les hydrocarbures ou bien encore pour que l’Oncle Sam installe sont sacro saint libéralisme un peu partout dans le monde.

Mais serait-ce les vrais raisons ou plutôt les seules raisons ? En fait il y en a plusieurs mais toutes ont le même dénominateur commun : l’argent. Il y a quelques années le citoyen lambda ignorait jusqu’à l’existence des agences de notations.

Nos nouveaux usuriers, les agences de notations.

Depuis l’avènement de Sarkozy 1er, quand celui-ci se pavanait tel un dindon en brandissant sur un étendard le triple A de la France comme s'il en était le responsable attitré, jetant par la même à la poubelle les années précédentes qui ont permis à la France d’acquérir sa fameuse note, donc depuis l’avènement de sa seigneurie tout le monde attend fébrilement la note que ces fameuses agences doivent donner.

Faites vos jeux!

C’est ainsi que grâce à elles, les prêts destinés aux pays sont notés, se font à des taux d’intérêts comparables à ceux des usuriers qui pullulent autour des casinos de Las Vegas, pour permettre aux joueurs malchanceux de se refaire ou comme c’est le cas généralement, de se ruiner un peu plus.

Ces taux sont des bonus non négligeables pour les banques prêteuses qui remercient le ciel de l’existence de ces agences. Elles font et défont les pays selon l’événement du moment, et on n’arrive plus à suivre leurs critères de notations.

Mais le gros du magot vient des ventes d’armes !

Les industries de l’armement emploient des milliers de personnes pour un chiffre d’affaires global de l’industrie de l’armement qui s’élève à des milliards de dollars (on ne connait pas le chiffre exact) et qui est en baisse ces dernières années. Il fallait relancer cette industrie, mais il est impossible de le faire en temps de paix quoique les romains disaient : Si vis pacem, para bellum (« Si tu veux la paix, prépare la guerre ».

Mais la guerre veut dire aussi beaucoup, mais alors, beaucoup de fric.

La paix et la sécurité des populations ne pèsent rien dans la balance par rapport à cet argument sacré, surtout que la guerre on l’a fait généralement chez les autres.

Créer des conflits pour générer du profit

Le schéma est simple, on crée un conflit, loin de notre pays, on pousse à l’intervention militaire internationale, des parties ou des pays sont frappés d’embargos, c’est ceux là qui rapportent le plus, et on intervient avec nos petits bijoux de technologie qui viennent de sortir tout droit de nos usines d’armement et ensuite on se propose de reconstruire.

Les pays ou les parties soumis à l’embargo car condamnés par l’ONU acquiert quand même des armes, mais bien sur pas par la voie légale.

Les trafiquants d’armes connaissent tout les dictateurs, tout les pays frappés d’embargo, toutes les filières de financements, mais ils ne sont pas des voleurs, les armes ils les achètent.

A qui peuvent ils donc les acheter?

Et bien ils les achètent à ces nations qui ont condamnés les dits pays, il faut bien écouler la marchandise.

Après le démantèlement du bloc de l’est, les armes, les munitions, les avions de combats, les chars etc… trouvent acquéreur auprès des trafiquants qui bien évidement les revendent sous le manteau aux différents dictateurs, révolutionnaires, ou même au cartel de la drogue, et ce en toutes connaissances de causes. Ce vieux stock étant écoulé, il faut renouveler la marchandise.

Et c’est là que le bas blesse...

Les nations productrices de ces armements ont généralement voté à l’ONU pour instaurer un embargo sur tel ou tel pays.

Mais il faut vendre, alors d’intermédiaires en intermédiaires, on vend aux trafiquants qui eux vendent aux dictateurs tant haïs par ces démocrates au cœur pur.

Evidemment quoiqu’ils disent pour se défendre ils savent bien ou vont leurs articles vendus à la sauvette.

Et à chaque conflit armé c’est une bataille ou chacun veut promouvoir son dernier joujou hightech.

Pendant l’intervention en Libye, intervention préconisée, influencée, légalisée, encouragée et vendue par Sarkozy 1er, dans les infos on entendait que le nom "Rafale". Les rafales ont survolés, les rafales ont abattu, les rafales ont surveillé etc… Même ceux qui ne connaissent rien en armement militaire savent que le « Rafale » est l’avion de combat qu’il faut avoir, c’est une pub à l’échelle mondiale.

Cette industrie engendre trop d’argent pour que l’on puisse s’en passer.

Puis vient l’apaisement de la zone sinistrée.

Pour nos loyaux démocrates c’est la phase deux qui commencent, phase qui est en général associée tacitement d’un commun accord à la phase une : la reconstruction.

Et c’est là que le bas blesse encore une fois.

La partie gagnante est souvent d’aussi mauvaise foi que leurs prédécesseurs, et ils oublient souvent cet accord tacite pour finalement se tourner vers les moins chers, à savoir les chinois.

Les chinois aussi vendent des armes, mais ils sont moins hypocrites, ils ne votent pour aucun embargo, ne condamnent aucun régime, et vendent ou ils veulent et quand ils veulent, au moins cela à l’avantage d’être clair, et avec leur dumping sur tout, ils font chier les grandes puissances. Pour nous peuples méprisés par les grands de ce monde c’est une consolation, une maigre consolation, mais une consolation quand même.

Mais qu’à cela ne tienne, on voit se profiler à l’horizon un nouveau conflit, et comme à Las Vegas, c’est une nouvelle occasion de se refaire.

Argent versus humanité
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog