Agression de Clément Méric : le gouvernement réagit

Jean-Marc Ayrault lance une procédure de dissolution des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires ; le mouvement dirigé par Serge Ayoub dont trois des personnes mises en cause dans la mort de Clément Méric appartiennent aux JNR.

Dès jeudi, le premier ministre s’était exprimé

Depuis le Sénat, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait indiqué jeudi qu'il souhaitait que le gouvernement trouve les moyens pour "tailler en pièces" les groupes d'extrême droite montrés du doigt après le coup porté à Clément Méric. "J'ai demandé au ministre de l'Intérieur (Manuel Valls) et à la garde des Sceaux (Christiane Taubira) d'étudier toutes les possibilités qui permettront de tailler en pièces en quelque sorte, de façon démocratique, sur la base du droit, ces mouvements d'inspiration fasciste et nazie qui font du tort à la République", a fait valoir le chef du gouvernement.

Manuel Valls s’était rendu sur les lieux du drame

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'était rendu sur les lieux de l'agression durant la matinée de jeudi et avait condamné la "banalisation de la haine dans le débat public, sur Internet favorisant le passage à l'acte". Il assurait qu'"au-delà de l'indignation et de la condamnation, l'essentiel dorénavant est l'arrestation du ou des auteurs de ces violences" qu'il espèrait "dans les heures à venir". Manuel Valls appelle les manifestations de soutien prévues dans la journée à se dérouler "dans le calme et la dignité" sans "céder à l'emportement". Plus tôt, dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur avait dit sa "totale détermination à éradiquer cette violence qui porte la marque de l'extrême droite".

Le président de la république s’exprimait depuis Tokyo

François Hollande "condamne avec la plus grande fermeté l’agression dont a été victime" Clément Méric dans une altercation avec un groupe de `skinheads´", a indiqué le chef de l'Etat dans un communiqué. Le président précisait avoir "donné des instructions les plus fermes pour que les auteurs de cet acte odieux puissent être interpellés dans les plus brefs délais". Il adresse, en outre, "son soutien et sa solidarité à la famille de Clément Méric".

Puis, depuis Tokyo, où il venait d'arriver pour une visite d'Etat de trois jours, François Hollande a redit que "tous les éléments conduisent à penser que c'est un groupe de skinheads sans doute avec un motif politique" qui est l'auteur de l'agression.

Ces violents personnages méritent la plus lourde des sanctions", a déclaré le chef de l'Etat, ajoutant que "ces groupes qui depuis trop longtemps créent le désordre doivent être réprimés".

François Hollande a indiqué que les auteurs de l'agression "sont activement recherchés, il y a des éléments qui nous permettent de penser qu'ils seront retrouvés". Il a toutefois affirmé qu'il ne fallait pas "tirer de conclusions trop hâtives" et attendre les résultats de l'enquête.

Chacun doit prendre ses responsabilités et il est bien que tous les partis aient condamné ce qui s'est produit", a-t-il également déclaré.

Aujourd’hui, Jean-Marc Ayrault demande à Manuel Valls d'engager immédiatement la procédure de dissolution des Jeunesses nationalistes révolutionnaires. Trois des personnes mises en cause dans la mort de Clément Méric appartiennent aux JNR.

Vidéo : Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale

Le 8 juin 2013 :
le premier ministre a appelé à "trouver les réponses politiques, juridiques pour que tous ces mouvements soient combattus" et à "tailler en pièces, de façon démocratique, ces mouvements". Durée: 01:00
Retrouvez toutes nos vidéos ici : Les Vidéos du Kiosque

Agression de Clément Méric : le gouvernement réagit
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog