5 semaines sans foot et tout était normal

Ça y'est le foot est de retour dans l'arène médiatique. Cinq semaines sans foot, c'était bien, on parlait d'autre chose, de météo, de noyades, de frivolités bref des vacances. Mais là, tout redevient sérieux, plus question de se glander dans les rédactions : « Mister Foot est de retour ! »

Maquereaux et gogos

Bien avant que les matches ne commencent, on parle pognon. Les maquereaux du mercato se sont échangés leurs poules à grand renfort de millions d'euros. L'austérité ont connaît pas chez ces gens là. Que de fric pour abreuver la plèbe. La pauvre, plébéiens, gogos et dindons de la farce d'un système qui ne sert qu'un intérêt, un système encore plus pernicieux que celui d'un grand capital ou de n'importe quel indice boursier, le fric avec un grand « F ». Qui a le meilleur joueur, c'est à dire le plus cher ? Qui va remplir les stades avec votre pauvre pognon d'ouvrier ? Qui va trouver son meilleur émir arabe ? Une année très sportive en perspective.

Le foot anti-social

Alors que la France, traverse une période pas facile, que tous devrions être solidaires pour défendre des acquis sociaux, nos chers travailleurs préfèrent claquer 11 euros par mois pour s'abonner à BeinSport (tiens encore les émirs)  à la télé que de cotiser à un syndicat pour défendre leurs droits. 

Les bistrots peuvent ouvrir comptoir, le foot est de retour, on va jaser, pronostiquer autour d'un canon réchauffé. Tous ces sportifs du coude levé revivent après avoir quittés le camping des Flots Bleus. Oubliés la « pétanque-pernod-pastis » et le « bob Ricard », les choses sérieuses recommencent.

On en prend pour plus de quarante semaines au compteur, sans compter le deuxième effet kiss-cool, que sera la coupe du Monde au Brésil à l'été 2014. Bon ce qui me rassure, c'est ce que cela va faire marcher les industries chinoises, de Corée du sud avec l'achat de super téléviseurs pour voir vingt-deux mecs, sur un 84 pouces LED Edge Local, frappant sur un ballon qui ne demande rien à personne. Les marchands de pizzas et kebabs aussi, sont satisfaits de la reprise de la saison de foot et bien sûr nos amis de chez Kronenbourg. 

Avec le foot qui recommence, c'est la rentrée qui s'annonce avec son lot de reprises économiques ; tiens c'est bon pour la croissance. 

Et le sport dans tout cela ?

Je crois que le foot, c'est pas vraiment du sport. C'est plus un « way of life » orienté « opium du peuple ». Qui s'est intéressé aujourd'hui à notre pauvre marcheur qui en a chié pendant 50 kilomètres au championnat du Monde d'athlétisme à Moscou ( tiens un championnat qu'on aurait du boycotter )? Pas grand monde et c'est normal. Peu de sponsors derrière, trois heures à regarder un mec qui souffre réellement à la télé , c'est pas du spectacle, c'est du sport, et le sport cela les fait chier les « footophages ». Et pour les télés c'est pas rentable.

Avec le foot tout tourne autour du fric. Les gamins jouent au foot, pas comme avant parce que c'est sympa, mais parce qu'ils rêvent de devenir stars, aux cachets mensuels correspondant à 100 années de salaires d'un ouvrier. L'esprit n'étant plus là, le corps est aussi absent. 

Mafia, zéro neurones et Cie

Le foot-système c'est une mafia de nababs, de joueurs choisis de préférence zéro-QI, de scandales financiers, sexuels et came. Alors chers supporteurs du club de ceux qui jouent en vert, rouge ou jaune, éclatez-vous bien pendant cette longue et pénible année « footballistique » (quelle horreur cet adjectif ), mais ne venez pas pleurer si vous avez loupé la dure réalité qui nous attend à partir de la rentrée et pour 2014.

Je terminerais ce billet d'humeur par un bon mot du regretté Pierre Desproges : « Les hémorragies cérébrales sont moins fréquentes chez les joueurs de football. Les cerveaux aussi ! ».

5 semaines sans foot et tout était normal
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog