5 000 amendements UMPistes et leurs bancs sont vides à l’Assemblée nationale

L’UMP, qui réclamait haut et fort plus de débat, laisse ses bancs vides à l’Assemblée nationale lors de certains votes dans les débats sur le Mariage pour tous, prouvant que leur positionnement n’est que posture politicienne. L’UMP, fidèle à ce qu’elle a prouvé en dix ans de pouvoir, continue de marquer les esprits par son inconsistance.

Seulement une vingtaine de députés de droite présents pour le mariage pour tous

Alors que la plupart des mamamouchis de droite font de la lutte contre le mariage pour tous un cheval de bataille, n’ayant pas grand chose à se mettre sous la dent depuis les quelques dernières semaines où la politique économique du gouvernement commence à porter ses fruits, leurs bancs sont singulièrement vides dans les séances parlementaires où leurs amendements sont discutés. Seulement une vingtaine d’UMPistes tentent de sauveur l’honneur.

Ainsi, on a pu s’apercevoir que bon nombres d’amendements ne sont tout simplement pas discutés car leur auteur n’est pas présent dans l’hémicycle. Quelques mamamouchis sont là et essayent vainement de palier à l’absence de leurs copains, pourtant tellement promptes à prendre la parole devant les médias.

L'infatigable Hervé Mariton (Drôme), orateur principal du groupe, qui a dormi "quinze minutes" dans la nuit de dimanche à lundi. Et aussi le député Philippe Gosselin (Manche), président des maires pour l'enfance, Jean-Frédéric Poisson (Yvelines), Marc Le Fur (Côtes-d'Armor), toujours enclin àrappeler l'importance des "lois naturelles", Daniel Fasquelle (Pas-de-Calais), auteur d'une proposition de loi sur l'alliance civile, Xavier Breton (Ain), président de l'entente parlementaire pour la famille, Nicolas Dhuicq (Aube), devenu célèbre pour avoir lié projet de loi sur le mariage homosexuel et risque terroriste, Christian Jacob (Seine-et-Marne), le président du groupe UMP...

Les patrons de l’UMP ne font que de très rares apparitions

Jean-François Copé et François Fillon, ne font que de rares apparitions, alors qu'ils ont fait du texte un enjeu majeur. Jean-François Copé avait manifesté le 13 janvier contre le projet. Déjà, certains membres voyant sans doute le peu de combativité de leurs amis politiques, commencent à cogiter et à prendre une direction opposée aux consignes de leur mouvement.

Si deux députés de droite ont annoncé qu'ils voteraient pour le texte,Franck Riester(Seine-et-Marne) et Benoist Apparu (Marne) dès lundi 4 février, Bruno Le Maire (Eure) et Nathalie Koscuisko-Morizet(Essonne) ont annoncé qu'ils s'abstiendraient. Tous deux souhaitent une meilleure reconnaissance des couples homosexuels, tout en s'opposant aux dispositions du texte sur la filiation.

D'autres élus, comme Axel Poniatowski (Val-d'Oise) ou Gilles Carrez(Val-de-Marne) ont déjà dit leur "hésitation" sur leur vote final. Ce qui n’est pas si illogique que cela : quand on écoute, qu’on voit, les leaders de l’opposition au mariage pour tous, conduit par Frigide Barjot et par les dirigeants de Civitas, on est en droit de se demander si ces fgens-là vivent dans la même époque, au sein de la même société. 

Les opposants au mariage pour tous sont des opportunistes

On peut comprendre que la majorité de l’UMP s’oppose au texte pour faire bander ses militants réacs, et par besoin de s’affirmer contre un texte du gouvernement ; on peut assimiler que les associations que conduit Frigide Barjot sont, avant tout, idéologiques et que Civitas reste un groupuscule conduit par un responsable belge, paradoxe suprême de celles et ceux qui s’opposent au droit de vote des étrangers même communautaires, alors qu’ils acceptent qu’un de ces étrangers se permettent d’intervenir dans la politique d’un pays qui n’est pas le sien.

On peut comprendre tout cela ; mais, en fait, leurs actes prouvent qu'ils ne sont que des opportunistes

Des bancs vides à droite à l'Assemblée nationale

Des bancs vides à droite à l'Assemblée nationale

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog