François Fillon est dans la merde ; les médias internationaux se foutent de sa gueule

Dans l'affaire des emplois présumés fictifs de son épouse et ses enfants, François Fillon a été entendu par les juges d'instruction et mis en examen mardi matin. 

Initialement convoqué par la justice mercredi, le candidat LR à l'élection présidentielle, François Fillon, a finalement été entendu par les juges d'instruction dès mardi, dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de son épouse et ses enfants comme assistants parlementaires. Il a ensuite été mis en examen pour détournement de fonds publics, complicité et recel d'abus de biens sociaux et manquement à ses obligations de déclaration à la Haute autorité de la vie publique. Le chef de "trafic d'influence" n'a en revanche pas été retenu. 

"Des conditions de sérénité". "La mise en examen est intervenue ce (mardi) matin. L'audition a été avancée pour qu'elle se déroule dans des conditions de sérénité", a précisé Me Antonin Levy, l'avocat de François Fillon, qui n'a pas fait d'autre commentaire. 

Des salaires en partie reversés. Cette mise en examen intervient alors que Le Parisien a révélé lundi soir que Charles et Marie Fillon avaient reversé une partie de leurs salaires d'attachés parlementaires sur le compte joint de leurs parents. Dimanche, le JDD indiquait que 13.000 euros de vêtements achetés à la boutique Arnys auraient été offerts à François Fillon, de la part d'un donateur non identifié. Le déontologue de l'Assemblée nationale s'est saisi de l'affaire, lundi. Lundi sur Europe 1, l'ex-Premier ministre avait de nouveau déploré un "calendrier" judiciaire "indexé sur le calendrier politique". 

Un mois et demi d'enquête. Au cœur de l'affaire qui a bouleversé la campagne de François Fillon se trouve l'emploi, révélé fin janvier par Le Canard enchaîné, de son épouse Penelope comme assistante parlementaire -de 1986 à 2013 avec des interruptions -, alors qu'elle semblait jusque-là n'avoir eu aucun rôle politique à ses côtés. L'enquête porte également sur les activités de Penelope Fillon à La Revue des deux mondes, pour lesquelles elle a perçu environ 100.000 euros brut entre mai 2012 et décembre 2013 et dont le propriétaire, l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, est un proche du candidat Les Républicains. Elle doit être entendue à son tour le 28 mars. Autre sujet d'investigations, les emplois d'assistants parlementaires de deux enfants du couple auprès de leur père, alors sénateur, de 2005 à 2007. 

François Fillon est le premier candidat majeur à une élection présidentielle à concourir avec le poids d'une mise en examen sur les épaules. Il avait promis qu'il se retirerait de la course à l'Élysée dans une telle hypothèse, avant de revenir sur cet engagement.

Réactions de médias internationaux :

En savoir plus sur les affaires Fillon :

François Fillon est dans la merde ; les médias internationaux se foutent de sa gueule
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog