Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vos visites

Publié par Le Kiosque aux Canards

Nous avions publié, lors des élections départementales de mars 2015, les affiches des candidats FN. Notre publication, avec plus de 250 000 visites et 48 000 «likes» avait explosé nos stats.

Qu’en est il de ces candidats Front national aujourd’hui ? Et bien plus de 10 % des élus FN dont nous avions publié l’affiche de campagne ont claqué la porte du parti.

C’est un phénomène suffisamment significatif pour que la direction du FN s’en inquiète : depuis des mois, de nombreux élus "bleu marine" des dernières municipales, départementales ou régionales, quittent le parti. A Nanterre, une mission vient d’ailleurs d’être diligentée pour diagnostiquer l’étendue de ces départs.

Aujourd’hui, le FN compte près de 1.600 élus municipaux, 358 conseillers régionaux, 62 conseillers départementaux et 27 parlementaires (députés européens, deux députés et deux sénateurs). Combien sont-ils à avoir rendu leur carte ? Combien de défections ? Certains évoquent jusqu’à 15% d’élus qui auraient rendu leur carte. "Maximum 8 à 10%", jauge Jean-Lin Lacapelle, le secrétaire national aux fédérations et à l'implantation. Cela pourrait donc concerner entre 160 et 200 élus sur un total de plus de 2.000. Un chiffre non négligeable ! "Il y a eu quelques départs liés à des querelles de personnes mais nous avons beaucoup de ralliements qui rendent l’équation neutre voire positive !" veut-il croire, tout en concédant "une érosion chez les élus municipaux".

Front national : comment ils font voter les défavorisés en planquant leur pognon en Suisse

La dernière en date a eu lieu dans le Var il y a quelques semaines. La maire du Luc a démissionné de son poste.Dans une lettre ouverte, Patricia Zirilli a expliqué ainsi sa décision :

"Je démissionne à cause des pressions d'une équipe qui n'arrive pas à se projeter, qui me reproche de 'ne pas être assez FN', Leur seule motivation pour Le Luc : enlever un drapeau européen, augmenter leurs indemnités, etc."

Avant elle, des dizaines d’autres élus déçus avaient décidé de rendre leur carte du parti à la flamme. A "l'Obs", plusieurs d’entre eux expliquent pourquoi ils sont partis et où ils envisagent leur avenir politique.

J’ai honte, c’est la plus grosse connerie de ma vie

Patrice Hainy,
élu municipal à Hayange (Moselle).

Patrice Hainy est cuisinier dans l’armée. En 2013, il est en colère contre le gouvernement et notamment contre les décisions prises en matière de budget pour la Défense. "Je suis plutôt de gauche, mais je me suis laissé séduire par le FN", raconte-t-il. Alors, quatre mois avant le début de la campagne pour les municipales, il saute le pas et se voit immédiatement proposer une place sur la liste conduite par Fabien Engelmann pour la mairie d’Hayange en Moselle.

Hayange : une adjointe dénonce "les dérives autocratiques" du maire FN

Patrice Hainy s’inquiète : le mandat d’élu municipal, il n’y connaît pas grand-chose. "Personne n’avait fait de politique auparavant mais on nous a dit qu’on aurait des formations." Il n’en verra pas la couleur. Arrive le scrutin. Fabien Engelmann l’emporte et Patrice Hainy intègre l’équipe municipale. C’est là que les ennuis commencent.

Adjoint aux sports, il transmet à l’édile la proposition que lui fait une professeure de danse orientale de mettre en place un atelier. "On cherchait justement des activités périscolaires, ça plaît beaucoup aux enfants, mais le maire m’a répondu : 'Ce n’est pas compatible avec le Front national, t’as qu’à lui dire qu’il n’y a pas de salle'. Mais moi je ne sais pas mentir", raconte-t-il. "Le maire a aussi demandé à faire déplacer les commerçants algériens sur le marché", dit-il.

La goutte d’eau, à ses yeux, a été l’éviction de la première adjointe Marie Da Silva, "soi-disant parce qu’elle ne faisait pas son travail". Au conseil municipal, Patrice Hainy vote pour le maintien de sa collègue. Mais, s’emporte-t-il, "on ne retrouve pas mon vote dans le résultat !"

Écœuré, il se retire du groupe FN et rend sa carte comme deux autres adjoints. Mais il continue à siéger à la mairie et à l’agglomération. "La majorité ne s’exprime pas, observe-t-il. A l'exception du maire". Ce dernier "accepte tout en douce de la part de l'agglomération, mais rien publiquement." Désormais, Patrice Hainy aimerait rejoindre la gauche.

"Au niveau de l’Etat, les socialistes font beaucoup de conneries, mais ici, ils font de belles choses."

Pourtant, "la gauche ne lui fait pas de cadeau", regrette-t-il. On lui a expliqué poliment que son passage au FN rendait les choses compliquées… Quant à ses anciens amis frontistes, ils ne sont pas plus tendres. "On m’a même explosé mes pneus !" dit Patrick Hainy. Un coup, selon lui, d'anciens camarades du parti.

Jean-Marie Le Pen a été évacué de force

Franck Sailleau,
élu municipal à
Ballancourt-sur-Essonne (Essonne).

Convaincu que l’élection de Marine Le Pen à la tête du Front national marque un tournant pour la formation d’extrême droite, et jugeant que la gauche a "abandonné totalement le combat pour la laïcité", Franck Sailleau s’engage au FN en 2011. L’année suivante, il est candidat aux législatives puis tête de liste pour les municipales en 2014 à Ballancourt-sur-Essonne. Il devient conseiller municipal.

Mais au courant de l’été 2015, l’affaire Jean-Marie Le Pen éclate : refusant de retirer ses propos sur "le détail de l’histoire", le fondateur du FN est menacé d’exclusion par sa fille. Si Franck Sailleau "n’a jamais été sur la ligne" du leader d’extrême droite, il est "extrêmement choqué" par la façon dont se sont déroulés les événements.

Le jour où Jean-Marie Le Pen a été exclu du FN

"Il a été évacué par la force", estime cet informaticien de 34 ans, contestant les résultats du référendum interne sur l’exclusion de Jean-Marie Le Pen "digne d’une République bananière" :

"Les rangs du FN grossissent de militants avides de plus de démocratie. Mais dans les faits, les pratiques vont en sens inverse."

Franck Sailleau a également du mal avec "l’idolâtrie" ambiante. "J’ai été très naïf avec le recul", conclut celui qui s’est désormais tourné vers le parti de Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France. "C’est un mouvement de moindre envergure mais qui veille à travailler sans violence."

Le FN fait pire que les autres partis

Jean-Jacques Guitard,
élu municipal à Beausoleil
(Alpes-Maritimes).

Initialement membre du SIEL, groupuscule d’extrême droite fondé en 2011 par Paul-Marie Couteaux, Jean-Jacques Guitard rejoint d’abord le Rassemblement Bleu Marine avant de prendre sa carte au FN peu avant les élections municipales de 2014. Ce cadre dans une société financière de 56 ans décide alors de présenter une liste à Beausoleil dans les Alpes-Maritimes.

"Je n’ai pas eu beaucoup d’assistance du mouvement pour une campagne difficile mais nous avons réussi à avoir cinq élus."

Quand viennent les élections régionales, Jean-Jacques Guitard est approché pour rejoindre l’équipe de campagne de Marion Maréchal-Le Pen. Avec d’autres, il déjeune avec la candidate en juin 2015 à Nice. Le 2 juillet, il est même invité à se joindre à la première réunion de campagne. Mais entre-temps, c’est la douche froide : Jean-Jacques Guitard découvre qu’Olivier Bettati, transfuge de l’UMP, est tête de liste FN dans son département !

Le choix passe mal, très mal. Dans une lettre ouverte à la candidate, il exprime son refus. Dans un mail que "l'Obs" a pu consulter, Marion Maréchal-Le Pen lui répond : "A vrai dire, je trouve assez surprenant cette opposition de principe à une candidature d'ouverture. Par le passé, Jean-Marie Le Pen, à de nombreuses reprises, a propulsé des éléments extérieurs qui n'avaient jamais milité sur le devant de la scène."

"Tout ce que le FN reproche aux autres partis, il le fait en pire !", soupire Jean-Jacques Guitard, qui démissionne en septembre 2015 avant de rejoindre l’ennemi juré du FN : la Ligue du Sud de Jacques Bompard.

Pourtant "au fond de moi, je suis un vrai frontiste", dit-il. Jean-Jacques Guitard souligne aussi le flou qui entoure la ligne politique de son ancienne maison : "L’euro, on en sort ou pas ? Les retraites, on fait quoi ?" Il regrette que Marine Le Pen ne soit pas assez "ferme" notamment sur "le grand remplacement".

Je me suis sentie comme un corps étranger

Clotilde Font,
élue à Perpignan
(Pyrénées-Orientales).

Elle devait être "le symbole de l’ouverture", en deuxième position sur la liste du candidat à la mairie de Perpignan, Louis Aliot. Gérante d’une agence immobilière, Clotilde Font a d’abord milité au RPR mais "ne s’est pas retrouvée dans l’UMP".

C'est sur le marché qu'elle rencontre le vice-président du FN. Qui lui propose ensuite d’être sur sa liste. Elue d’opposition à ses côtés, elle est nommé à la tête du Rassemblement Bleu Marine (RBM) dans le département pour "élargir, ramener des gens qui ne sont pas prêts à aller tout de suite au Front". Mais son intégration à elle se passe mal.

"Je suis passée pour une intruse, je me sentais comme un corps étranger."

D’autant qu’Aliot "est souvent absent" et ne "joue pas le rôle de chef d’équipe", raconte-t-elle. "Il avait promis que ceux qui seraient élus aux régionales démissionneraient de l’équipe municipale mais n’a pas tenu sa promesse". La déception s’installe. Puis, à sa grande surprise, Clotilde Font apprend dans la presse que "le RBM va être dissous", une affirmation contredite aussitôt par le secrétaire général Gilbert Collard. "En fait, c’était juste pour m’écarter", estime-t-elle aujourd’hui.

Alors, en février dernier, elle informe Louis Aliot, par ailleurs député européen du Sud-Ouest, qu’elle a l’intention de quitter le groupe à la mairie et à l’agglomération. Ce dernier lui demande alors de démissionner de son mandat.Elle refuse et reste au conseil municipal : "J’ai amené 9 personnes sur la liste donc j’estime que j’ai participé au score." Aujourd'hui, "c’est un soulagement d’être partie du FN", explique-t-elle. Avec d’autres élus déçus, elle a monté le collectif Evolution 66. Pour "peser".

Au moins, à l’UMP, il y avait un dialogue

Marie-Hélène Pelras,
élue au Soler
(Pyrénées-Orientales).

"On cherchait un avocat pour mon mari qui ne soit ni de droite, ni de gauche", raconte Marie-Hélène Pelras. C’est ainsi que cette adhérente à l’UMP - depuis sa création - fait la connaissance de Louis Aliot. Le couple, qui dirige une exploitation maraîchère, se lie d’amitié avec le vice-président du FN et rejoint le parti en 2013 à l’approche des élections municipales. Marie-Hélène Pelras mène alors la liste dans la commune du Soler et arrive deuxième derrière l'UMP.

Au sein du FN, elle décide de monter un collectif de 80 femmes "pour faire bouger les choses". Mais, selon elle, "dès que ça a marché, ça ne leur a pas plu". Marie-Hélène Pelras regrette l’absence d’investissement de Louis Aliot. Alors quand les listes départementales commencent à se constituer et qu’elle est pressentie, l’élue municipale est gagnée par le doute, d’autant qu’elle assiste aux "parachutages". Quand elle s’en inquiète auprès de Louis Aliot, il lui répond : "C’est moi le patron." Fin de la discussion. Alors, elle prend sa décision : elle n’ira pas aux départementales et elle quitte le FN. "Il n’y pas de dialogue, pas d’écoute. On ne règle rien, on laisse pourrir". Marie-Hélène Pelras a bien été approchée par Debout la République mais pour elle, "la politique, c’est fini". Elle a rejoint le collectif : Evolution 66.

"A moins d’un miracle, je voterai blanc en 2017"

Irina Kortanek,
élue municipale à Bompas
(Pyrénées-Orientales)

"Quand on dit tête haute et mains propres, il faut se laver les mains de temps en temps !", moque Irina Kortanek. Cette conseillère municipale de la ville de Bompas (Pyrénées-Orientales) qui a toujours voté FN "depuis sa majorité", avant de prendre sa carte en 2007, ne décolère pas.

"Etre simple militante ça me convenait très bien !" Seulement voilà, le FN, en quête de candidat, lui demande en 2008 de se présenter aux cantonales. Elle s’exécute. En 2010, on la pousse aux régionales : "Je ne voulais pas être élue. On m’avait garanti que ce serait le cas, je préfère les échelons où l’on est plus proche des gens." Le score du FN étant plus élevé que prévu, elle est finalement élue et devient conseillère régionale. En 2014, elle mène la liste municipale à Bompas et devient élue d’opposition. Lorsque de nouvelles élections régionales se profilent, Irina Kortanek réitère : elle ne souhaite pas se représenter. Mais, cinq mois plus tard :

"Je découvre que je suis sur la liste, j’ai trouvé le processus plus que cavalier."

Alors l’élue qui ne voulait pas de mandat se fend d’un communiqué de presse pour signifier aux instances dirigeantes qu’elle "n’est pas un pion". Elle reçoit alors quelques menaces par SMS. "Il ne faut pas dire les choses trop fort au Front national". Le temps file et rien ne se passe. "J’ai demandé la date de mon passage en commission disciplinaire mais je n’ai eu aucune réponse non plus !" Alors elle claque la porte mais conserve son mandat à la mairie de Bompas. "Je trouve ça très bien qu’on ne touche pas d’indemnités, on peut faire de la politique proprement !"

Pour l’instant, si Irina Kortanek dit avoir été approchée par "plusieurs partis de droite", elle préfère en faire à l’extérieur. Et l’année prochaine lors de la présidentielle ? "Sauf miracle, je mettrai un bulletin blanc." Elle raille désormais : "Les gens n’ont pas besoin d’avoir peur du FN." Ce parti est selon elle davantage occupé à "placer les copains et les transfuges" qu'à prendre la défense des "oubliés".

Candidats FN ; on avait dit qu'on ne se moquait pas... Ben maintenant on peut !

Commenter cet article