Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous voilà donc, depuis quelques jours, face à un pseudo scandale lié à l’attentat de Nice. La chef de service en charge de la vidéo surveillance s’auto paluche d’un «harcèlement» qui aurait duré une heure concernant une modification de son rapport et qui serait issu du cabinet du ministre.

Sauf que voilà ; le pseudo «harcèlement» ne vient pas du cabinet du ministre et personne ne lui a demandé de «modifier» son rapport mais de le faire parvenir en version «modifiable», afin de pouvoir plus aisément faire des copiés/collés pour les rapports transmis par le receveur, telles que les procédures habituelles en font état.

Bref ; doit on faire une collecte pour que Sandra Bertin suive en urgence des cours de procédure ?

"harcelée pendant une heure"

Dans son entretien au JDD, publié dimanche 24 juillet, Sandra Bertin affirme avoir été "harcelée pendant une heure" au lendemain de l'attentat de Nice. Selon cette policière municipale, en charge de la vidéosurveillance le soir de l'attaque au camion, un membre du cabinet du ministre de l'Intérieur lui aurait demandé de transmettre une version "modifiable" de son rapport.

Mais selon les informations disponibles, Sandra Bertin se trompe lorsqu'elle met en cause le cabinet du ministre. Car le mail du rapport qu'elle a transmis aux autorités de la Place Beauvau est adressé... à une commissaire de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP). Et non au cabinet de Bernard Cazeneuve. "Personne n'a été en contact avec elle", assure-t-on d'ailleurs dans l'entourage du ministre.

Remontée classique d'informations

Ce courriel est adressé à 17h35 le 15 juillet à sa hiérarchie ainsi qu'à une commissaire de l'état-major de la DCSP. Son rôle ? Assurer la remontée d'informations, écrire des notes et des synthèses sur les "faits marquants" et les transmettre à son directeur central. Une tâche tout à fait classique et quotidienne.

D'autant, rapporte Europe 1 qui a aussi eu accès à ce mail, que le rapport signé par la policière municipale ne signale aucun élément "sur le dispositif mis en place par la police municipale et la police nationale".

La policière municipale de Nice doit suivre des cours de procédure en urgence...

Confusion ?

Par ailleurs, si la commissaire a demandé une version modifiable du rapport, c'était pour faire des "copier-coller" directement dans le corps du texte et intégrer à sa note les informations telles qu'elles se trouvaient dans le rapport. Si Sandra Bertin confond "modifiable" et " à modifié" ; ce n'est même plus des cours de procédure qu'elle doit suivre, mais des cours de français... Et, pois chiche sur le couscous, suivre aussi des cours d'informatique afin de faire la différence entre un document en pdf et sous traitement de texte. Y'a du taf quoi...

Sandra Bertin a-t-elle confondu une commissaire de police de la DCSP avec un membre du cabinet du ministre de l'Intérieur ? Elle a promis de révéler ce lundi 25 juillet le nom de cette personne qui l'aurait "harcelée pendant une heure" après l'attentat. Bernard Cazeneuve a de son côté porté plainte pour diffamation. 

Donc... Alors que cette responsable de la vidéo surveillance de Nice se pavanait sur les réseaux sociaux, fustigeant le gouvernement de gauche et prenant fait et cause pour Estrosi - celui même qui déclarait le 19 janvier 2015, «  Je suis à peu près convaincu que si Paris avait été équipé du même réseau que le nôtre, les frères Kouachi n’auraient pas passé trois carrefours sans être neutralisés et interpellés.  », un camion fou massacrait 84 personnes. 

Ainsi donc, nous nous trouvons face à la responsable d’un service de vidéo surveillance dont son propre maire déclarait que, vu le nombre de caméra, jamais un tel massacre n’aurait pu arriver. Cela met en effet une nouvelle lumière particulière sur les déclaration de Sandra Bertin...

D’autant qu’elle semble passer plus de temps à faire de la politique sur les réseaux sociaux qu’à se préoccuper de ses fonctions.

À en croire ses comptes Facebook etTwitter – désormais supprimés –, la policière s'engage politiquement. Comme l'a repéré Le Parisien, Sandra Bertin utilise un autre patronyme dans le cadre de ses fonctions à la ville de Nice : Sandra Tardeil. C'est avec ce nom qu'elle soutient le président de région Les Républicains Christian Estrosi. Elle n'hésite d'ailleurs pas à tancer la « pseudo-politique socialo » du gouvernement, sans oublier la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem. En février dernier, elle a partagé une publicité de « Monsieur Bibi, grand voyant médium » qu'elle a commentée : « Je crois que j'ai trouvé le bras droit de Najat... MDR » (sic).

La policière municipale de Nice doit suivre des cours de procédure en urgence...La policière municipale de Nice doit suivre des cours de procédure en urgence...

La famille de Sandra Bertin plutôt barrée...

L'humoriste Sophia Aram est parvenue à mettre la main sur le fil Facebook de Jean-Michel Bertin, présenté comme l'époux de la fonctionnaire de police. On y découvre un post du groupuscule d'extrême droite Les Identitaires.

La policière municipale de Nice doit suivre des cours de procédure en urgence...
La policière municipale de Nice doit suivre des cours de procédure en urgence...
Tag(s) : #actualités, #Nice, #attentat, #police, #justice, #Sandra Bertin, #Bernard Cazeneuve, #vidéo, #Estrozi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :