Étrange prêche de l’abbé François Schneider contre «Eagles of Death Metal» alors que le leader de ce groupe est aussi... Pasteur

Comme quoi, l’ultra droite traditionaliste est aussi extrémiste qu’inculte : L'abbé François Schneider avait parlé de "concert inspiré par Satan" dans une homélie évoquant l'attentat du Bataclan le 13 novembre à Paris alors que le leader d’«Eagles of Death Metal» est, lui aussi, pasteur.

Mieux vaut tard que jamais, dit le proverbe. Et tard, cela peut signifier plus d’un mois après les faits. Un abbé des Vosges s’est en effet excusé, ce dimanche, d’avoir parlé de « concert inspiré par Satan » dans une homélie évoquant l’attentat du Bataclan le 13 novembre à Paris.

Essayer de « comprendre cette culture contemporaine »

« Notre premier objectif était que l’abbé Schneider fasse cette déclaration, précise le vicaire général, Pierre-Jean Duménil. Maintenant, on se reverra demain et on envisagera la suite. » Il précise par ailleurs qu’il est « beaucoup trop tôt pour en dire plus ».

L’évêché ne considère pas ces excuses comme des paroles en l’air et semble véritablement vouloir se remettre en cause. Un prêtre meusien, « très actif dans le domaine de la musique métal », va intervenir prochainement dans la paroisse « pour essayer de réfléchir et nous aider à avoir des éléments pour comprendre cette culture contemporaine qui peut nous dérouter », ajoute le vicaire général.

D ’autant qu’il ne s’agit pas du seul cas où l’église catholique, après les attentats, s’est trouvé confronté à une certaine polémique. En effet, fin novembre, un prêtre du diocèse de Lyon avait estimé que les victimes du Bataclan étaient les « frères siamois » de leurs bourreaux. Il avait été relevé de ses fonctions par l’archevêque de Lyon, Mgr Philippe Barbarin

C’est d’autant plus idiot que Jesse Hughes, le chanteur du groupe, est un rockeur «pas si cool», comme le résume Télérama, qui a pu visionner The Redemption of the devil, un documentaire où on le voit «s’amuser avec l’un de ses nombreux pistolets et le pointer en direction d’un de ses amis».

«Je veux juste mon fric et mes flingues et que personne, bordel, ne me dise ce que je dois faire, voilà ce qui dicte ma politique», lançait-il par ailleurs dans une interview en 2008.

Il admire Bush, Reagan et Trump

Jesse Hughes est aussi un ultra conservateur et anti-avortement, qui aime parler du«diable» lorsqu’il évoque le monde actuel. Il a été ordonné prêtre de l'Ordre Saint-François par l'Universal Life Church il y a deux ans, et «célèbre des mariages entre deux tournées», souligne l’hebdomadaire.

«Il y a une énorme contradiction car mon job quotidien, c'est le rock'n'roll, ce qui présume être un serviteur du diable. Mais le King du rock'n'roll, Elvis Presley, nous a appris quelque chose: tu dois vénérer le Seigneur. La moitié de ses albums étaient du gospel et il allait à l'église tous les dimanches. Je ne fais que suivre la voie tracée par Elvis», explique-t-il par ailleurs dans le 20e numéro du magazine Society.

Loin d’être un défenseur des libertés, donc. Télérama nous apprend par ailleurs qu’il soutient Donald Trump, admire Ronald Reagan et «voit en George Bush “un héros”». Il est décrit par la chanteuse Jesika Von Rabbit comme un «Trump addict», selon Society, qui rapporte aussi ces propos: «Mon rêve, quand j'étais enfant, c'était de tuer des enflures - des communistes de préférence - et de recevoir une médaille de Ronald Reagan». «Bref, cela fait quand même beaucoup pour un rockeur», souligne avec humour Jean-Baptiste Roch, journaliste multimédia du magazine.

Le Festival international du film documentaire d’Amsterdam a annulé la projection du film le 20 novembre dernier, alléguant un «timing inapproprié» suite aux attentats. En effet, voilà qui aurait pu créer une bizarre cacophonie...

Comme quoi, notre Abbé Vosgien aurait du se renseigner au lieu de raconter de grosses bêtises

Étrange prêche de l’abbé François Schneider contre «Eagles of Death Metal» alors que le leader de ce groupe est aussi... Pasteur
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog