Après les voitures brûlées, le trafic d’armes ; le FN se diversifie

L’insécurité augmenterait elle à cause des militants, des ex militants, des ex responsables du Front national ? Eux qui veulent une justice à toutes épreuves se trouvent démasqués dans les dernières affaires de droit commun. Ainsi, après Adrien Desport et ses voitures brûlées, voici Thierry Maillard et son trafic d’armes.

Elle est belle la France du Front national !

Adrien Desport : le pauvre type du Front national

Celui qui se rêvait responsable Front national d’un département d’île de France n’était, en fait, qu’une racaille. Accompagné de ses copains bras cassés, il avait décidé de brûler des voitures afin de faire croire aux beaufs qui pensent que l’insécurité explose que leurs fantasmes se réalisaient.

Lui qui retweetait les annonces de sa patronne sur les «racailles» qui brûlaient les voitures à Tourcoing vient de se prendre les pieds dans ses mensonges.

Lire la suite de l’article sur Adrien Desport

Thierry Maillard copie les «racailles» de banlieues

Cinq personnes proches de l’extrême droite ont été interpellées et placées en garde à vue ce lundi dans le cadre d’une enquête sur un trafic d’armes, a-t-on appris de source judiciaire. «Le parquet confirme les placements en garde à vue, mais ne souhaite pas communiquer avant d’avoir plus d’éléments sur cette affaire», s'est contenté de déclarer Laurent de Caigny, le procureur adjoint de Reims.

Selon France 3 Champagne-Ardenne, plusieurs anciens militants du Front national, dont Thierry Maillard, un ancien candidat FN aux élections cantonales à Reims qui a été depuis exclu, figurent parmi les personnes interpellées dans la Marne et les Ardennes.

L’enquête confiée au Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Reims porte sur un trafic de plusieurs dizaines d’armes, d’après une source proche du dossier.

 

Après les voitures brûlées, le trafic d’armes ; le FN se diversifie
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog