Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vos visites

Publié par Le Kiosque aux Canards

Humour du jour ; Marie et la GPA
Humour du jour ; "Marie et la GPA"

Commenter cet article

coline 04/05/2017 20:54

SI je tombe sur l’information qui touche à gestation pour autrui, je vois des avis totalement négatifs. Accusée de n’etre rien que la marchandisation du corps humain et l’usine aux enfants, à mon avis la gpa peut apporter la bonheur dans notre socièté. Personnellement moi, j’aimerai faire appel à la maternité de substitution. Il est bien probable que je le fasse à Biotexcom. Et je vous explique pourquoi j’en tiens autant.
Attendez un peu avec vos jugements! Il existe pleins des couples qui ont vraiment besoin de l’aide d’une autre femme pour avoir un enfant. Je ne parle pas des couples homosexuelles, non ! Aucunement ! Je parle des femmes qui pour certains raisons ne peuvent pas porter l’enfant.
Il en existe plusieurs circonstances: la perte de l’utérus suite aux traitements chirurgicales, par examples les endogirls, née sans utérus etc.
Moi, je suis parmi ces femmes qui ne peuvent pas porter l’enfant. Je suis née sans utérus. En médecine mon cas s’appelle syndrome de Rokistansky. Je peux mener une vie intime (et je la mene), après certain traitements aussi. Les filles comme moi dès la naissance ont le vagin. Le seul problème c’est que c’est minuscule ! Super petit quoi! Et on ne peut pas commencer la vie sexuelle comme les filles normales. Tout premièrement il faut élargir ma « feminité ». Il existe deux solutions : opération ou dilation. La seconde se fait pendant une période assez longue avec les dildos des sizes différants.
Quand le medecin m’a montré ce pack des dildos (j’avais 17 ans) j’ai été stupéfié et éffrayée ! J’ai tout de suite choisit d’etre operée. Mais après avoir pensé quelques semaines, j’ai choisit cette « dildothérapie ». Tout à fait parce que c’était moins traumatisant pour mon corps.
Pourtant pour avoir un bébé j’ai besion non seulement de la donnation d’ovocytes mais aussi de la place où l’embrion va se developper. La mère porteuse est cette femme qui accepte d’offrir son utérus pour porter le bb d’un autre couple. Et je pense qu’une rénumération est une chose obligatoire ici.
A mon avis, accepter de tomber enceinte d’un bébé qui n’est pas le tien, au but d’aider une autre famille – c’est déjà très altruiste. Les insultes envers les mères porteuses qui l’accusent des buts lucratifs me semblent ridicules et infantiles. Oui, elles sont payés pour leur aide, mais c’est normale! Elles offrent leur capacité de santé et leur temps qu’elles peuvent consacre à sois meme et à leurs familles. Avec le meme succès on peut accuser les médecins qui aident les gens et nous sauvent les vies d’avoir les buts lucratifs, parce qu’ils sont payés. Ou mieux encore d’identifier la medecine comme la comercialisation de la santé (vie). Ce qui ne se fait pas cependant... A vous de faire des conclusions.
Vous pensez peut-etre: « Mais on peut vivre très bien sans enfants ! Fait l’adoption au pire ! ». Mais comprenez sulement une chose. Il y a peu de personnes comme moi. C’est facile d’etre née comme tous avec utérus et donnez les conseils « aux pauvres femmes perdues » comme moi. Vous etes nées avec une fisiologie normale et le problème d’autoidentification en tant qu’une femme ne vous a pas touché.
Et moi si. Quand tu es une adolécente et touttes tes copines, l’une après l’autre parle qu’elles ont déjà leurs règles. Toi tu attends un an, deux ans, trois ans sans jamais devenir femme ! En arrivant à 17 ans ta mère t’emmene chez le medecin pour savoir la cause de l’absence des menstruations. Et les examinations commencent. Personne ne sait ce qui ne va pas avec toi. On te met pleins des trucs dedans qui font mal. Puis on vous déclare finalement votre diagnosis. Vous apprenez que vous etes sans utérus. Et tout de suite la question vous viens dans la tette: « Suis-je vraiment une femme ? Si non, que suis-je alors ? ». 57
Je crois que j’ai résolu ces problèmes seulement quand j’ai rancontré mon époux. Lorsqu’il a appris de moi toute mon histoire il n’a pas vraiment compris pourquoi c’était un problème pour moi... Il m’a accepté comme je suis. Et moi, je m’ai accepté telle que je suis. Il a trouvé génial qu’on ne doit pas s’inquieter à propos de la contraception. Soudain j’ai appris qu’il y a aussi les cotés positifs dans ma situation. Et le plus important on s’aime !
Au début on ne pensait pas qu’on aura envie d’enfant. Mais après 5 ans de marriage on est arrivé à ce point où on veut bien avoir des enfants dans la famille. Le labyrinthe psychologique causé par le Rokistansky m’ai revenu un peu. Il me semble que si on ne pourrai pas réaliser ce désir d’avoir le bébé on perdera notre relation. Je ne supporterai pas si mon mari me quitte parce que je ne peux avoir des enfants. L’idée de perdre mon époux me fait pleurer ! Nous sommes ensemble 7 ans. 2 ans des retrouvailles ensemble et 5 ans en marriage. Non, décidement on se lance à des pma !