Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vos visites

Publié par Le Kiosque aux Canards

Humour du jour ; Marie et la GPA
Humour du jour ; "Marie et la GPA"

Commenter cet article

Kate Tavernier 27/06/2017 12:07

La guerre froide en Gestation pour Autrui entre les cliniques Américaines et celle de l’Europe.Voici un bel témoignage qui montre à quel point les beaux paroles changent l’immage https://www.youtube.com/watch?v=VJSXpPUdYaw. Ici nottament nous avons une enquete dans l’industrie de la médecine procréative. Précisement la gestation pour autrui. Les couleurs des deux cotés sont très contraste. Au premier coup d’oeuil, la clinique ou la GPA est accecible pour les couples homos, nous apparait belle, noble et transparente. Celle de l’Ukraine est montré aux nuances noires, matérialistes et 100 pourcent marchandes ! Est-ce vraiment comme ça? Ou bien les cliniques procréatives ne se diffèrent que par le price list ? Si c’est l’exigeance des clients qui change tout ?
C’est quoi cette méthode procréative ? C’est quand une femme accepte de porter un enfant pour un autre couple. Donc, elle tombe enceinte, mais l’embryon génétiquement appartient au couple. Comme ça on obtient un quatro en rélations famalliales – elle, lui, gestatrice et le bébé. Tous les quatres sont une famille, mais souvent la gestatrice est expulsée de cette rélation. De plus, le choix est fait pour l’enfant, s’il saura qui est sa mère biologique ou pas.
Et ce choix de respecter les droits de tous reste réalisé généralement par le couple désirant acceder à la GPA. Les cliniques américaines affiche beaucoup la nécessité des rdv entre couple et future mère porteuse. En Ukraine ce n’est pas obligatoire et les couples français ne sont pas enthousiastes à rancontré la femme qui les aide. Ce qui n’est pas normale, à mon avis de la part des couples. Ce comportement consomateur provient des clients. Mais on accuse toujours la clinique...
Du coup on ne sait pas si tous les clients en Amérique créent la rélation avec la gestatrice. Je suis certaines que dans leurs majorité les couples en GPA en Amérique évitent le rdv avec la gestatrice. Ou ne le font que par l’indication de l’ageance.
Et si le couple qui arrive en Ukraine demmandait le rdv avec la donneuse avant que le traitement commence ? Evidement, la clinique faira le mieux possible pour satisfaire leur clients. Donc la pureté et la moralité de la GPA dépend le plus du couple qui en a besoin.
Je pense que meme rénummérée pour la gestation, la mère porteuse ne doit pas etre traitée comme une partie de buisnes. Comme un robot. Le couple est obligé de se rendre compte de l’aide rendu par la gestatrice et en etre réconnaissant. S’ils croient avoir payé et que ce soit finit.... Je doute qu’ils sont prets à devenir parents.
La seconde chose qui me dérrange ici, c’est queles couples hétéros ici sont opposés aux couples homos. Si on parle de l’égalité entre heteros et homos cette opposition est fausse. Sinon, cela devient une insulte. Pourquoi créer le conflit ?
Puis, il parrait que l’accent péjoratif est mis sur le centre pma en Ukraine parce que là la GPA est reservé que pour les couples hétéros mariés. Ce qui tiens aux couples homosexuels, il n’ont pas le droit à la gpa en Ukraine. Certains me jugeront, mais je préfère la famille classique.
Et au fait il existe plein des travaux scientifiques réalisé en Amérique qui démontre la différence du millieux hetero et homosexuel en famille. La plus independente est celle du Mark Regnerus, qui fait beaucoup de polémique. Et qui lui a couté son carrière à l’Université.
Son recherche recherche a été mené d’apres les sondages anonymes parmi les adolescents et adultes. Donc le priorité était de questioner les personne consciente et independantes dans leurs jugements sur leur enfance. Pas comme dans les articles de ses collègues où les enfants questionnés ont été choisit par la commune homosexuelle.
La recherche fut réalisé parmi telles catégorie comme famille heteros, en couple, divorcé, mère ou père solitaire, couple gay, couple lesbienne etc. Les résultats du sondage évoque le niveau de vie des personne grandies dans ces types de famille. Nottament, le niveau de salaire, resultat scolaires, collège, université, s’il vivent grace aux aides sociales, s’ils ont une famille, orientation sexuelle et si jamais ils ont eu le contact sexuel avec l’un des parents.
D’après ces statistiques les meilleurs résultats ont été obténus par les personnes grandies en couple hétéro marié. Les plus nombreux à vivre grace aux aides sociales sont les enfants des couples gays. Et la nombre des contacts sexuelles entre parent enfant est assez haut. Les résultat déatudes modéré à comparer avec les couples hétéros. Les couples lesbiennes ont le taux le plus élevé descontacts sexuelles entre parent enfant. Attention, ici il n’y a aucune homophobie, ce sont les chiffres. Les chiffres n’ont pas d’opinion, elles sont juste présente. Vous pouvez toujours consulter l’original de l’article pour savoir tous les détails sur la méthode de la recherche. Ou si vous doutez des résultats dérivants.
En conclusion, ce que je voulais dire par ce long message. Qui n’exprime d’ailleurs mon avis que de la manière brève. C’est que la clinique à l’Est de l’Europe est plutot meilleure. Tout à fait parce que les conditions de la GPA sont plus exigeantes. Et expulsent toutes les catégories de la famille différantes du marriage hétérosexuel.
Et on ne peut pas parler ici de l’homophobie ou d’inégalité. Parce que la GPA est apparu pour aider les femme avec les pathologies en fertilité graves. La gestation pour autrui ne doit pas etre le moyen de montrer l’égalité entre hétéros et homos. La GPA c’est pour aider une femille à se former. La GPA doit exister exclusivement pour aider les femmes qui souffre d’infertilité. La GPA c’est pour donner la vie, pas pour la casser.

coline 04/05/2017 20:54

SI je tombe sur l’information qui touche à gestation pour autrui, je vois des avis totalement négatifs. Accusée de n’etre rien que la marchandisation du corps humain et l’usine aux enfants, à mon avis la gpa peut apporter la bonheur dans notre socièté. Personnellement moi, j’aimerai faire appel à la maternité de substitution. Il est bien probable que je le fasse à Biotexcom. Et je vous explique pourquoi j’en tiens autant.
Attendez un peu avec vos jugements! Il existe pleins des couples qui ont vraiment besoin de l’aide d’une autre femme pour avoir un enfant. Je ne parle pas des couples homosexuelles, non ! Aucunement ! Je parle des femmes qui pour certains raisons ne peuvent pas porter l’enfant.
Il en existe plusieurs circonstances: la perte de l’utérus suite aux traitements chirurgicales, par examples les endogirls, née sans utérus etc.
Moi, je suis parmi ces femmes qui ne peuvent pas porter l’enfant. Je suis née sans utérus. En médecine mon cas s’appelle syndrome de Rokistansky. Je peux mener une vie intime (et je la mene), après certain traitements aussi. Les filles comme moi dès la naissance ont le vagin. Le seul problème c’est que c’est minuscule ! Super petit quoi! Et on ne peut pas commencer la vie sexuelle comme les filles normales. Tout premièrement il faut élargir ma « feminité ». Il existe deux solutions : opération ou dilation. La seconde se fait pendant une période assez longue avec les dildos des sizes différants.
Quand le medecin m’a montré ce pack des dildos (j’avais 17 ans) j’ai été stupéfié et éffrayée ! J’ai tout de suite choisit d’etre operée. Mais après avoir pensé quelques semaines, j’ai choisit cette « dildothérapie ». Tout à fait parce que c’était moins traumatisant pour mon corps.
Pourtant pour avoir un bébé j’ai besion non seulement de la donnation d’ovocytes mais aussi de la place où l’embrion va se developper. La mère porteuse est cette femme qui accepte d’offrir son utérus pour porter le bb d’un autre couple. Et je pense qu’une rénumération est une chose obligatoire ici.
A mon avis, accepter de tomber enceinte d’un bébé qui n’est pas le tien, au but d’aider une autre famille – c’est déjà très altruiste. Les insultes envers les mères porteuses qui l’accusent des buts lucratifs me semblent ridicules et infantiles. Oui, elles sont payés pour leur aide, mais c’est normale! Elles offrent leur capacité de santé et leur temps qu’elles peuvent consacre à sois meme et à leurs familles. Avec le meme succès on peut accuser les médecins qui aident les gens et nous sauvent les vies d’avoir les buts lucratifs, parce qu’ils sont payés. Ou mieux encore d’identifier la medecine comme la comercialisation de la santé (vie). Ce qui ne se fait pas cependant... A vous de faire des conclusions.
Vous pensez peut-etre: « Mais on peut vivre très bien sans enfants ! Fait l’adoption au pire ! ». Mais comprenez sulement une chose. Il y a peu de personnes comme moi. C’est facile d’etre née comme tous avec utérus et donnez les conseils « aux pauvres femmes perdues » comme moi. Vous etes nées avec une fisiologie normale et le problème d’autoidentification en tant qu’une femme ne vous a pas touché.
Et moi si. Quand tu es une adolécente et touttes tes copines, l’une après l’autre parle qu’elles ont déjà leurs règles. Toi tu attends un an, deux ans, trois ans sans jamais devenir femme ! En arrivant à 17 ans ta mère t’emmene chez le medecin pour savoir la cause de l’absence des menstruations. Et les examinations commencent. Personne ne sait ce qui ne va pas avec toi. On te met pleins des trucs dedans qui font mal. Puis on vous déclare finalement votre diagnosis. Vous apprenez que vous etes sans utérus. Et tout de suite la question vous viens dans la tette: « Suis-je vraiment une femme ? Si non, que suis-je alors ? ». 57
Je crois que j’ai résolu ces problèmes seulement quand j’ai rancontré mon époux. Lorsqu’il a appris de moi toute mon histoire il n’a pas vraiment compris pourquoi c’était un problème pour moi... Il m’a accepté comme je suis. Et moi, je m’ai accepté telle que je suis. Il a trouvé génial qu’on ne doit pas s’inquieter à propos de la contraception. Soudain j’ai appris qu’il y a aussi les cotés positifs dans ma situation. Et le plus important on s’aime !
Au début on ne pensait pas qu’on aura envie d’enfant. Mais après 5 ans de marriage on est arrivé à ce point où on veut bien avoir des enfants dans la famille. Le labyrinthe psychologique causé par le Rokistansky m’ai revenu un peu. Il me semble que si on ne pourrai pas réaliser ce désir d’avoir le bébé on perdera notre relation. Je ne supporterai pas si mon mari me quitte parce que je ne peux avoir des enfants. L’idée de perdre mon époux me fait pleurer ! Nous sommes ensemble 7 ans. 2 ans des retrouvailles ensemble et 5 ans en marriage. Non, décidement on se lance à des pma !