La Société des journalistes de Mediapart affirme vendredi que deux journalistes de la rédaction ont été victimes d'une «agression par des responsables du micro-parti de Marine Le Pen», Jeanne. Des «menaces de mort» auraient été proférées. 

Logique, l'exemple vient de haut puisque c'est Marion Maréchal-Le Pen qui avait donné le "top départ"...

Vidéo.

Deux journalistes agressés par les nervis de Le Pen

Marine Turchi et Karl Laske auraient été agressés vendredi 30 janvier, Porte de Saint-Cloud, dans le seizième arrondissement de Paris. Les deux journalistes rentraient d'un reportage sur le financement de ce micro-parti, «au siège des diverses sociétés d'Axel Loustau, le trésorier de Jeanne», indique Edwy Plenel, le fondateur de Mediapart sur son site.

«Je vais te tuer!… Je vais te retrouver!»

N'ayant pas été reçus, les journalistes se seraient retrouvés cernés au métro «par un groupe de quatre à cinq personnes, parmi lesquelles Axel Loustau», affirme Edwy Plenel sur son site, ajoutant que «le plus virulent et le plus menaçant était Olivier Duguet», l'ancien trésorier de Jeanne.

Olivier Duguet aurait alors «foncé comme un fou furieux sur Marine Turchi, cherchant à l’agresser physiquement, en la tutoyant et en lui lançant : «Je vais te tuer !… Je vais te retrouver!… Je vais t’attendre en bas de chez toi!…», précise le créateur de Mediapart, qui ajoute que les deux journalistes ont «signalé les faits dans une déposition au commissariat du onzième arrondissement».

«Je ne réponds pas à Mediapart», a réagi Le Pen

Mediapart a demandé «solennellement» à Marine Le Pen «de condamner sans ambiguïté aucune ces agissements» et parallèlement «de lever l'interdit professionnel qu'elle a énoncé» contre Mediapart.

Lors de sa conférence de presse au siège du parti, Marine Le Pen a été interrogé sur ce sujet par un journaliste de l’AFP. «Je ne réponds pas à Mediapart», a réagi la présidente du FN, qui a refusé à plusieurs reprises de commenter l’incident. «Je pense qu'il y aura une enquête», a-t-elle simplement indiqué. Pathétique...

 

 

Et encore une agression de journalistes par le Front national...
Retour à l'accueil