Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vos visites

Publié par Le Kiosque aux Canards

Reportage complet en fin d’article.

Y-a-t-il un regain des violences d'extrême droite ? C'est la question que pose le documentaire de Thierry Vincent, diffusé lundi 24 novembre sur Canal+ dans le cadre du programme "Spécial investigation". De l’affaire Méric jusqu’aux affrontements des extrémistes de La Manif pour Tous.

Le journaliste est parti de l'affaire Méric pour enquêter sur les milieux les plus radicaux. Une longue partie de son travail est d'ailleurs consacrée aux Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) de Serge Ayoub, auxquelles appartenaient les principaux suspects dans l'agression et la mort du jeune Clément Méric, militant antifasciste. Thierry Vincent montre même les extraits de la fameuse vidéosurveillance tournée lors de la rixe à l'été 2013. Ces images, où l'on ne voit d'ailleurs pas grand chose, avaient fait dire à Serge Ayoub, qu'elles établissaient la "légitime défense" de ses militants. Ce qui n'est pas le cas.

Autre intérêt de ce documentaire : le focus fait sur le vieux Lyon et la mise en coupe réglée d'un quartier par le Bloc identitaire. L'on y voit les militants derrière Damien Rieu, faire des "rondes citoyennes" dans le métro lyonnais. Mais surtout, l'on remarque la réaction des badauds qui est en grande partie hostile. De même, les témoignages des commerçants du quartier où est installée La Traboule, sorte de centre social du Bloc, sont édifiants. Loin de soutenir le groupuscule radical, ils déplorent au contraire une ambiance délétère qui fait fuir les clients.

Axel Loustau casqué, provoquant les forces de l'ordre

Enfin, Thierry Vincent se penche sur les amitiés radicales de Marine Le Pen, et plus particulièrement sur Axel Loustau. Ce dernier, qui est notamment chargé de séduire les patrons de PME pour le FN, est un activiste. Le documentaire le montre rudoyant le service d'ordre de La Manif pour tous mais aussi casqué et provoquant les forces de l'ordre, lors d'une manifestation au printemps 2013 aux Invalides qui avait dégénéré en affrontements. Un passage qui ne manquera pas faire parler à quelques jours du congrès du parti d'extrême droite où M. Loustau devrait être présent.

Si l'on peut regretter des approximations et quelques séquences se concentrant sur des acteurs sans importance de la mouvance, cette enquête a le mérite de pointer un phénomène que l'on observe notamment depuis le mouvement anti-mariage homosexuel, à savoir une sorte de fuite en avant dans la violence des petits groupes de l'extrême droite radicale.

Violences d’extrême-droite : le retour

Commenter cet article