L’Église d’Angleterre est moins réac que celle de Rome

Nous avons beaucoup parlé dans nombres de billets d’humeur des différents positionnements un peu “complexes” de l’Église catholique apostolique et romaine. Sa “paresse” à combattre les agressions pédophiles en son sein - il a fallut attendre que la société civile porte plainte pour qu’enfin elle bouge... - ; son manque de réactivité dans sa remise en question face à l’évolution des sociétés humaines - son dernier synode sur la famille, du 5 au 19 octobre dernier, a renvoyer le nouveau pape dans les cordes, lui qui souhaitait une libéralisation - et, pour finir, l’implication de certains mamamouchis français dans le cloaque extrémiste de La Manif pour Tous.

 

Une église moderne et en phase avec la société

 

Pourtant, on apprenait hier que l’église d’Angleterre, après avoir validé l’ordination des femmes en 1992; vient d’autoriser lors de son synode général l’ordination de femmes évêques.

Le synode général de l'Église d'Angleterre doit entériner ce lundi la réforme autorisant l'ordination de femmes évêques, une réforme historique votée au mois de juillet dernier et qui devrait ouvrir la voie à de premières ordinations dès 2015.

 

Un changement attendu

 

Ce changement, défendu par l'archevêque de Cantorbéry Justin Welby, chef spirituel des 80 millions d'Anglicans dans le monde, avait été voté par les trois collèges de délégués réunis à York et approuvé à la majorité requise des deux tiers. Un précédent vote, en novembre 2012, avait échoué de seulement six voix sur des résistances au sein du collège des laïcs.

La décision, qui rompt avec plusieurs siècles d'interdiction, était défendue par le premier ministre britannique, David Cameron.

 

Un synode utile

 

Le 24 octobre dernier, la reine d’Angleterre, qui demeure par tradition à la tête de l'Eglise anglicane, a signé le décret final, après l’aval de la Chambre haute britannique et de la Chambre basse du parlement britannique.

Le synode général de l’Église d’Angleterre, ce lundi et mardi doit inscrire cette modification dans son droit canonique. Une étape qui s'annonce comme une formalité.

L’Église d’Angleterre est moins réac que celle de Rome
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog