Enquête sur le réseau Dieudonné

Reportage complet en fin d’article.

Comique star des années 90, Dieudonné est devenu en une décennie un «diable de la République». Son dernier spectacle a été interdit en France, en raison de propos infamants. Héro antisystème pour les uns, dangereux militant antisémite pour les autres, le principal intéressé refuse ce qualificatif et parle d'un complot visant à le faire disparaître. Hervé Bouchaud et Dominique Mesmin ont enquêté sur la galaxie Dieudonné. 

Ses compagnons de route et ses soutiens forment une inquiétante nébuleuse où se retrouvent un professeur à la retraite qui nie le génocide juif, un suprémaciste noir antisémite, ou encore un ancien gauchiste devenu apôtre du national socialisme.

Un mec qui se prend pour Coluche... Et qui fait de la bouillie

C'est l'histoire d'un mec. De sa grandeur et de sa décadence. Du basculement d'un humoriste antiraciste « moderne et transgressif » en chantre piteux et pathétique de l'antisémitisme. Chronique d'une mue, le film ausculte les étapes qui ont mené Dieudonné de son compagnonnage avec Elie Semoun au prosélytisme de régimes dictatoriaux et répressifs — d'Ahmadinejad en Iran à Kadhafi en Libye —, sans compter les liaisons fétides avec le négationniste Faurisson, l'apôtre du national-socialisme Alain Soral, le suprémaciste noir Kemi Seba, le « marabout borgne » Jean-Marie Le Pen...

Si l'enquête ne livre nul scoop — beaucoup a été écrit ou montré sur cette sulfureuse nébuleuse  —, l'accumulation des séquences d'où suinte un pathologique antisémitisme mène au bord de la nausée. 

Et ça fait marrer les beaufs

Parodie de remise du prix de l'infréquentabilité et de l'insolence par « un déporté juif » à celui-là même qui nie l'existence des chambres à gaz, pastiche de manifestation de soutien à Youssouf Fofana, condamné pour l'assassinat d'Ilan Halimi, éloge du régime islamiste de Téhéran et de sa « liberté d'expression », divagations irrespirables sur les élites judéo-talmudiques responsables de tout y compris des divorces... la bouillie idéologique qui tient lieu de discours, pour confuse soit-elle, n'en reste pas moins délétère. Sous couvert d'humour, Dieudonné continue de remplir ses Zénith, d'aimanter ses fans autour de ses ­vidéos sur Internet. 

Et de camoufler derrière sa fameuse quenelle anti-système un argumentaire clairement antisémite. Salutaire dévoilement de la face cachée d'un pseudo-humoriste, le film ­aurait juste gagné à s'emparer un peu plus du versant financier de la machinerie Dieudonné, poursuivi pour blanchiment, fraude fiscale et abus de biens sociaux.


Enquête sur le réseau Dieudonné par lekiosqueauxcanards
Enquête sur le réseau Dieudonné
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog