La déconstruction de l'insécurité culturelle

Alors qu’en France le mot « race » vient d’être supprimé de la législation, le racisme s’est déplacé du plan biologique vers le plan culturel. Désormais, on exclut l’autre au nom de l’« identité culturelle ».

La vision “décomplexée” d’une droite et d'une gauche “populaire”

Ainsi, l’extrême droite en est venue à se réclamer de l’anthropologie pour défendre une conception de la culture dans laquelle l’Autre est exclu en raison de sa différence « culturelle ». Cette nouvelle « vision du monde » s’infiltre peu à peu dans tout l’échiquier politique, de la droite dite « décomplexée » à la gauche « populaire », en faisant émerger l’idée d’une menace sur l’identité française.

Pour autant, qu’est-ce qu’une culture et comment se sont construites historiquement les logiques de racisme culturel ? C’est l’enquête que propose de mener ce livre, tant du point de vue de l’histoire des sciences sociales en Allemagne, aux États-Unis et en France, que de celui de la pensée politique, car la « culture » est devenue dans notre pays un enjeu essentiel.

Un ouvrage qui pointe les risques politiques des visions compactes et closes de la notion de culture

« Dans un livre excellemment informé, Régis Meyran et Valéry Rasplus s’intéressent aux migrations du concept de culture, à ses usages savants comme à sa récupération politique »

Alain Policar, enseignant agrégé à la faculté de droit et des sciences économiques de Limoges, chercheur associé au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof).

« Le livre de Régis Meyran et Valéry Rasplus, Les pièges de l’identité culturelle, vient pointer opportunément, en regard des résultats du FN au premier tour des élections municipales, les risques politiques des visions compactes et closes de la notion de culture. »

Philippe Corcuff, Maître de conférences de science politique à l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon, HDR en Sciences Sociales - CERLIS

“Les pièges de l’identité culturelle” - Les auteurs

Régis Meyran est anthropologue et historien de l’anthropologie, docteur de l’ehess et chercheur associé au Lirces, à l’université Nice-Sophia Antipolis. Il a publié notamment Le Mythe de l’identité nationale (Berg, 2009).

http://www.berg-international.fr/menu_histoires_idees.php?recordID=500

Valéry Rasplus est sociologue, membre du comité de rédaction de la revue d’épistémologie Matière première. Il dirige une étude collective sur les rapports entre les sciences et les pseudo-sciences au regard des sciences sociales.

Ils ont publié récemment dans le 'Dictionnaire historique et critique du racisme' (Puf, 2013) :

Pour Régis Meyran

- Anthropologie et racisme (avec Jean-Luc Bonniol)

- Classifications raciales

Pour Valéry Rasplus

- Injures

- Nominalisme

- Skinheads

Vous pouvez les suivre sur leur page Facebook

La déconstruction de l'insécurité culturelle
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog