Tant qu’à faire ; autant utiliser sa bombe lacrymogène - dont, d’ailleurs, le port est interdit - contre un homme de 84 ans avec lequel on n’est pas d’accord...

C’est ce qu’à fait Louis-Benoît Greffe, militant de droite, catholique intégriste et pseudo-journaliste. Sans doute un manque certains d’argumentaire, qui s’est soldé par l’agression du père Pierre de Givenchy, dans son église Notre-Dame-de-Recouvrance à Orléans.

Louis-Benoît Greffe ; un pleureur bien connu

On en avait entendu parler lors de a manifestation “jour de colère”, où Louis-Benoît Greffe s’était fait serrer par les forces de l’ordre et avait passé quelques heures en garde-à-vue. Le site web Breizh-info, sur lequel le pseudo-journaliste avait publié quelques billets assez hallucinant, s’était fendu d’un article outragé sur cet événement, oubliant, bien sûr, de préciser que leur “journaliste” était, avant tout, un militant politique encarté.

Le billet se terminait par “Nous réclamons la libération des journalistes placés en garde à vue et l’arrêt des mesures d’exception prises par ceux qui se targuent à longueur d’intervention d’incarner « la patrie des Droits de l’Homme ».” ... Quand on sait qui est le gus, c’est plutôt poilant...

Pierre de Givenchy, un prêtre atypique

Homme de terrain, Pierre de Givenchy est un prêtre atypique. Aumônier de lycée, il a toujours eu le contact avec les jeunes. Il a lancé les premiers ateliers d’écriture dans les établissements scolaires, dans les années 1975, a créé l’association Vivre et l’Écrire, à Orléans, et a fait de sa maison un centre interreligieux.

Le journal Enseignement Catholique lui avait ouvert ses colonnes, en 2007, pour développer la vie extraordinaire de cet homme aux services des autres - : Lire l’article en page 32.

C’est cet homme que Louis-Benoît Greffe a violemment agressé hier, se défendant lors de son audition en invoquant la légitime défense «M. Givenchy embête le monde depuis au moins trois ans. Dans cette chapelle de catéchisme où l’on fume et l’on boit devant l’autel, j’ai vu une scène de théâtre où une femme déblatérait sur la vie, assise sur des water-closets. Il n’y a pas d’autres lieux pour ça ?»

En espérant que cette racaille aille, prochainement, faire un tour prolongé dans les prisons qu’il encensait, lorsqu’il soutenait l’adjoint au maire d’Orléans chargé de la sécurité, Florent Montilon, dans sa lutte quotidienne pour l’impunité zéro...

Une racaille intégriste agresse un prêtre de 84 ans avec sa lacymo
Retour à l'accueil