Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les réacs commencent à nous les briser menu avec leurs conneries.

Summum de l’égocentrisme social et politique, les “Bonnets rouges”, liés désormais à La Manif pour Tous, aux chauffeurs de taxis parisiens et à tous les réacs de France n’ayant que leurs nombrils à surveiller, ont, in fine, réussi à bloquer les 120 projets, générateurs d’emplois et de tunes pour les collectivités, qui devaient voir le jour avec les recettes de l’Écotaxe.

Quand le politique se mêle à l’industrie agro-alimentaire

Les bonnets rouge sont loin d'être, pour les meneurs, des pauvres naïfs accablés par la déroute de la filière agro-alimentaire bretonne. Leur couvre-chef a été soigneusement déterminé selon les règles du marketing le plus orthodoxe, comme un symbole anti-Etat, mais dont la couleur porte bien entendu à confusion, le rouge étant associé aux révoltes prolétaires, voir à la Révolution.

Mais loin d'être phrygiens ces bonnets là viennent plutôt à la rescousse des gros, de bonnets, les patrons de l'industrie porcine et volailler, de la grande distribution. Ceux là se servent d'une population qu'ils ont eux-mêmes fragilisée par leur licenciements et l'absence d'adaptation à un contexte connu, à savoir la fin des subventions à l'exportation, à la nécessaire montée en gamme des produits fabriqués, l'impérieuse préoccupation écologique dont l'absence fait courir de graves menaces sur la préservation de l'environnement breton, dont on sait pourtant à quel point il est un atout considérable pour la région.

C’est d’ailleurs pour cela que nombre de manifestants prenant part au rassemblement de Quimper portaient des sweet-shirt de... La Manif pour Tous...

Retour sur un collectif qui a, en fait, contribué à appauvrir notre pays.

Des lignes de tramway à Marseille, Strasbourg ou Nantes, des lignes de bus à Lille, Annecy ou encore Laval... Au total, ce sont plus d'une centaine de projets de transports en communs qui sont actuellement liés au sort de l'écotaxe. Ils devaient en effet être financés en partie par les 450 millions de recettes prévus dans le cadre de cette taxe, suspendue au mois d'octobre par Jean-Marc Ayrault.

Six milliards d’investissement dans les limbes de l’égocentrisme politique

Plus de six milliards d'euros d'investissements sont en jeu dans ces 120 projets qui avaient répondu à l'appel national à projet du ministère des Transports. Ce sont principalement des créations, extensions ou aménagements de ligne de bus (52 au total).

Mais il y a également 16 lignes de tramway (nouvelles comme à Amiens à Angers ou des prolongements comme à Grenoble) et deux lignes de métro (en banlieue lyonnaise et à Toulouse). Il y a aussi des funiculaires ou des téléphériques urbains comme celui de Brest, ainsi que des navettes fluviales comme dans l'agglomération boulonnaise (voir la liste complète ci-dessous)

120 projets à la poubelle à cause des anti-écotaxe
Tag(s) : #actualité, #France, #société, #droite, #anti-écotaxe, #écotaxe, #120 projets

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :