Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vos visites

Publié par Le Kiosque aux Canards

Un excellent billet de Rima Elkouri sur les sacs à merde qui ont réagit au décès du femme dans le métro, étranglée par son foulard. Ces connards n’ont pas trouvé mieux que de commenter sur le fait qu’il s’agissait d’un hijab - information fausse d’ailleurs.

Rima Elkouri, Diplômée du Liberal Arts College de l’Université Concordia et titulaire d'une maîtrise en littérature comparée (Université de Montréal), travaille à La Presse depuis 1998. Elle est chroniqueuse depuis 2001.

Un enjeu fondamental pour les tarés

C'est avec stupeur que j'ai observé hier les folles réactions suscitées par l'histoire de cette femme qui est morte étranglée par son foulard, resté coincé dans l'escalier mécanique du métro.

Après l'accident, dans les réseaux sociaux, on se préoccupait moins du triste sort de la victime que de savoir si elle avait vraiment été «étranglée mortellement par son hijab» comme le voulait le titre ravageur de TVA.

Simple foulard ou hijab? Tel était l'enjeu fondamental dans les réseaux sociaux, comme si ce fait divers cristallisait à lui seul tous les dérapages haineux sur le voile. Le fait que la pauvre femme soit morte dans des circonstances tragiques semblait bien secondaire.

Voilà donc les glorieux sommets auxquels des mois de débats sur la Charte nous ont menés. Une femme meurt de façon tragique, mais on s'intéresse davantage aux rumeurs sur la signification possible de ses vêtements qu'à sa vie perdue. Certains ont cru bon pousser l'indécence jusqu'à faire des blagues sur la Charte. Une femme meurt, ses proches la pleurent et des imbéciles rient de son foulard. Que la rumeur sur le hijab soit fondée ou pas, l'indécence demeure. Triste époque.

C'est incroyable tout ce qu'une rumeur peut faire. En France, de fausses rumeurs sur un programme d'enseignement sur l'égalité hommes-femmes ont suscité des réactions hystériques et une polémique qui donne à réfléchir.

De fausses rumeurs sur le programme d’enseignement Peillon

Ces rumeurs absurdes, relayées par des milieux intégristes et réactionnaires, voulaient que le programme sur les «ABCD de l'égalité», conçu par l'État pour combattre les stéréotypes dès le plus jeune âge, soit en fait une sorte de subterfuge pour «convertir» les enfants à l'homosexualité ou à la transsexualité. Un appel au boycott a été envoyé à des parents. Inquiets, plusieurs ont choisi de ne pas envoyer leurs enfants à l'école lundi.

Loin de calmer le jeu, le chef de l'opposition Jean-François Copé en a rajouté en disant «comprendre l'inquiétude des parents». Scandalisée, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a dénoncé son «pari de la peur» et sa façon irresponsable de donner de la crédibilité à de fausses rumeurs.

Cela nous rappelle qu'ici comme ailleurs, la lutte contre l'homophobie, comme la lutte contre le sexisme ou la xénophobie, passe d'abord et avant tout par l'éducation. Cela ne se fait pas nécessairement sans heurts.

Bien des gens croient (à tort) que s'opposer à la Charte de la laïcité du PQ équivaut à cautionner les religions homophobes.

Ainsi, quand le cinéaste Xavier Dolan et d'autres personnalités de la communauté gaie ont annoncé qu'ils déposeront un mémoire contre le projet de loi 60, ils ont aussitôt été condamnés par des partisans de la Charte pour complicité avec leurs bourreaux.

Ne pas se laisser dicter ses choix par une rumeur

Leur préoccupation était pourtant légitime: quand, en matière de droits fondamentaux des minorités, un gouvernement se laisse dicter ses décisions par la rumeur majoritaire, sans études à l'appui, qu'est-ce qui nous dit qu'il ne décidera pas un jour de s'attaquer aux droits des minorités sexuelles?

Éclipsant cet aspect de la question, on a plutôt servi aux signataires de ce mémoire un autre raccourci très populaire dans le débat: «Soit vous êtes dans le camp des homophobes, soit vous êtes pro-Charte.» Car les religions ne sont-elles pas, la plupart du temps, homophobes? Pourquoi des homosexuels devraient-ils consentir à ce que des agents de l'État affichent une croyance en une religion qui le plus souvent les méprise?

Au Québec comme en France

La question a été soulevée en commission parlementaire hier, alors que le ministre Bernard Drainville interrogeait les représentants de l'organisme Ensemble pour le respect de la diversité, qui s'est prononcé contre l'interdiction des signes religieux pour l'ensemble des employés de l'État. Cet organisme travaille depuis 1996 dans les écoles du Québec pour y promouvoir le respect des différences. La lutte contre l'homophobie, le racisme et l'intimidation, c'est sa spécialité.

Reprenant un exemple fictif qui lui a été soumis par Michelle Blanc, le ministre Drainville a demandé s'il ne fallait pas accepter le témoignage sincère d'une femme homosexuelle ayant «un profond malaise à accepter qu'un agent de l'État [lui] transmette sa croyance religieuse» quand on sait que les religions portent un regard dur sur l'homosexualité.

Oui, on doit l'accepter, lui a répondu Miguel Simao Andrade, qui donne des ateliers sur la lutte contre l'homophobie dans des écoles. «Mais il faut faire une différence entre le dogme et les croyants», a-t-il précisé. Ne croise-t-on pas des croyants catholiques qui sont d'accord avec la contraception ou d'autres pratiques contraires au dogme?

C'est pareil dans les autres religions. On ne peut présumer qu'un employé est homophobe à la simple vue d'un signe religieux. De la même façon qu'on ne peut présumer qu'un employé est d'une grande ouverture d'esprit parce qu'il ne porte aucun signe.

Signe religieux ou pas ; l'important est que l'employé fasse bien son travail

J'avoue ne pas comprendre la logique qui sous-tend l'exemple sans cesse donné par le ministre Drainville pour nous convaincre du bien-fondé d'une interdiction des signes religieux. Admettons que l'infirmière voilée soit réellement homophobe. En quoi le serait-elle moins si elle enlève son voile au bureau?

Signe religieux ou pas, ce qui importe, c'est que l'employé fasse bien son travail, dans le respect de tous. Qu'on le juge sur son comportement et non sur sa tenue vestimentaire. Nos lois interdisent déjà toute forme de discrimination fondée sur l'orientation sexuelle. Le projet de loi 60 n'apportera rien de plus en ce sens.

Ce qui inquiète vivement l'organisme Ensemble pour le respect de la diversité, c'est la détérioration du climat social que le débat sur la Charte a entraîné. Selon les observations que l'organisme a recueillies dans des écoles, le fait d'identifier dans le discours public les gens portant des signes religieux comme étant une source de problèmes a entraîné une flambée de propos intolérants visant des minorités religieuses et un renforcement des stéréotypes négatifs.

Le dérapage indécent qui a suivi, hier, la triste histoire de la dame morte dans le métro en est un triste exemple de plus.

Mort d’une femme dans le métro : quand une rumeur fait réagir les tarés

Commenter cet article