73 % des vols sont issus de citoyens français

Alors que presse fait ses choux gras du jour sur la recrudescence des vols issus d’une population étrangère, force est de constater que cela n’en fait pas une majorité, bien loin de là.

Pourtant, à lire et à entendre les “intellectuels” auto-proclamés de la droite réactionnaire, les étrangers sont la cause majoritaire des délits en France - ils ne font pas jusqu’à parler de “crime”, puisque les chiffres, dans ce cas là, leur donnent largement tort.

Le nombre de citoyens tunisiens auteurs de vols a augmenté

Le délinquant de 2008 est-il le même qu’en 2012 ? Une note de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) apporte des précisions ce lundi soir sur «le profil des personnes mises en cause pour vols par la police nationale» pendant cette période. Entre ces deux dates, la part d’étrangers ayant commis des vols est passé de 16,5% à 27%.

Concernant les cambriolages et les vols à l’étalage, une tendance s’est dégagée, à savoir l’arrivée d’auteurs majeurs de nationalité géorgienne. Pour les vols à la tire, les services de police ont constaté une augmentation de l’implication des jeunes filles mineures en provenance d’Europe de l’Est. Enfin, le nombre de Tunisiens mis en cause a progressé pour ces trois types de vols.

Des petits larcins en grand nombre

Deux explications sont avancées par l’ONDRP. «Les organisations criminelles ont misé sur des vols peu surveillés par les services de sécurité, des modes opératoires peu graves, sans violence, mais aux volumes importants en multipliant les infractions. Résultat, des gains importants passés sous les radars des services», détaille à 20 Minutes Christophe Soullez, criminologue et chef du département de l’ONDRP à l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ).

Autre constat, la hausse de la part d’étrangers mis en cause pour des vols commis en France a coïncidé avec la situation géopolitique dans leur pays. C'est le cas par exemple des Tunisiens avec le Printemps arabe. «Ce n’est pas un phénomène organisé, mais de subsistance. Pour vivre, les réfugiés ont eu besoin de commettre des vols», poursuit Christophe Soullez.

Orientation de la lutte contre cette délinquance

Malgré cette augmentation de la part des étrangers, les Français mis en cause pour des vols restent majoritaires, à 73%. La tendance est sensiblement la même pour l’année 2013.

Ces constats ont permis aux services de police et de gendarmerie d’orienter leur lutte contre la délinquance. «Des offices spécialisés ont été créés, ainsi que des cellules dédiées à ces infractions, ajoute le criminologue. D’ailleurs, il suffit qu’un seul réseau soit démantelé au niveau départemental pour se rendre compte que les chiffres des cambriolages baissent», conclut-il.

73 % des vols sont issus de citoyens français
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog