Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« L’honnêteté est le premier devoir du professeur. Sinon, les connaissances aussi vastes soient-elles ne valent rien » (Zhang Xianliang).

Je vais donc être honnête avec vous, j’aime mon métier, je l’adore même, sinon je ne serais plus prof aujourd’hui, mais il faut tout de même mettre les points sur les ‘i’ aux critiques et mauvaises langues en tout genre concernant la ‘‘planque’’ de l’Education Nationale.

L’éducation nationale ; une planque ?

Oui l’Education Nationale a pu être un planque pour certains un jour et l’est surement encore pour quelques modèles de profs préhistoriques (mais en voie de disparition heureusement). Aujourd’hui, ce n’est pas pour rien si on manque de professeurs en France car les aspects ‘négatifs’ du métier ont pris le pas sur le mythe de la planque. Oui bien entendu il y a des avantages indéniables à être professeur et heureusement. Alors je vais les lister dès maintenant pour qu’on démarre sur de bonnes bases.

Il y a beaucoup de vacances, peu de présence sur le lieu de travail (bon 18 heures minimum quand même), un CDI et peu de chances de se faire virer. Mais attention tout n’est pas si idyllique que ça. Parlons salaire d’abord. Vous connaissez beaucoup de personnes qui avec un bac+5 gagnent 1600€ par mois (sachant que le SMIC est maintenant à 1100€) ? Car oui, ne rêvons pas, on ne devient pas prof pour l’argent ou les vacances car ce serait une énorme erreur. Si on veut être prof il faut l’être parce qu’on aime enseigner et rien d’autre (je vous invite d’ailleurs à aller jeter un œil sur ce petit article, http://www.ipernity.com/blog/linsay/535529?lg=en&hash=1261c9e17 c82bc776d5fe0ee0afb9cf1, qui ne manquera pas de remettre les pendules à l’heure).

Le mythe des horaires pour les profs

De plus, pour en revenir au fameux mythe des vacances et du peu d’heures de cours j’ai envie de dire à tous les critiques de venir voir un peu ce que c’est qu’être prof aujourd’hui. Certes on passe 18 heures (ou plus, car oui, gros scoop, les profs font des heures sup’ !) devant nos élèves mais avant et après l’heure de cours il n’y a pas rien. Et même les profs qui ne se foulent pas n’ont pas le choix, il y aura toujours des corrections, des préparations, des photocopies, des réunions, des notes à rentrer, des parents à voir etc…En réalité un prof n’est pas prof 18 heures par semaine comme un serveur 40 heures par semaine. Un prof est prof 24h/24h ! Je vous entends déjà les sceptiques : « Oh ! Ça va elle nous raconte n’importe quoi ! », « Non mais on va la plaindre, elle travaille tranquillement chez elle dans son canap’ ! », etc… D’accord, d’accord, les profs peuvent travailler tranquillement chez eux et c’est bien là le problème !

Et oui mes chers car chez eux personne ne voit ce qu’ils font ne ne compte le nombre d’heures de travail. Demandez donc à nos conjoints, nos parents, nos amis s’ils ne trouvent pas qu’on parle trop de notre travail, s’ils ne trouvent pas qu’on les délaisse pour monter une séquence, corriger des copies, répondre aux mails des élèves et des collègues.

Et à ceux qui pensent encore qu’être prof c’est tranquille j’ai envie de leur dire qu’il est évident qu’on n’a pas froid comme les maçons en hiver, qu’on ne se lève pas tous les matins pour aller à l’usine mais par contre on à minimum 18 heures par semaine 30 élèves face à nous avec leurs problèmes, leurs envies, leurs joies et échecs et qu’il nous faut constamment jongler entre plusieurs statuts, prof, éducateurs, flic, psy et bien d’autres. Alors, mesdames et messieurs les mauvaises langues, venez donc faire mon métier de funambule pendant une semaine et nous verrons bien si vous ne bénissez pas le fait d’avoir des vacances à la fin (vacances que vous passerez en partie à corriger des copies, ahah !).

Les mutations

La dernière ombre au tableau, et pas des moindre pour beaucoup d’entre nous, est que qui dit prof dit aussi mutation. Certes certains ont la ‘chance’ d’être mariés avec trois enfants et de restent dans leur région d’origine où ils font leur carrière mais croyez moi ceux-ci sont l’exception. Donc après être entré dans le métier et avoir enfin obtenu votre sésame (la titularisation) voilà qu’il vous faut vous déraciner complètement.

Pour quelqu’un comme moi qui a toujours beaucoup bougé ce n’est pas un profond déchirement mais là où le bas blesse c’est que certes vous êtes mutés loin, loin mais pour ajouter à tout cela, votre salaire, lui, n’est pas muté loin, loin et même ne bouge pas du tout. Donc en clair, après une année de ‘‘prof stagiaire’’ où vous avez bien galéré sur vos cours il vous faut maintenant vous payer un déménagement en région parisienne ou ailleurs et arriver à vivre avec votre salaire de prof dans une région où la vie est souvent plus chère que dans l’endroit d’où vous venez. Mais bon comme ont dit, l’argent ne fait pas le bonheur, n’est ce pas ? Cependant, pour beaucoup d’entre nous la mutation a un côté bien plus ‘terrible’ qu’une simple perte de niveau de vie et d’argent.

Pour ne vous donner des exemples que de proches collègues, cette mutation a pu entrainer pour eux l’éloignement d’avec un papa souffrant d’un cancer, l’éloignement voire la séparation d’avec un conjoint, l’éloignement d’avec une maison en travaux fraichement achetée et bien d’autres choses encore. Je ne vous mens pas et ne souhaite en aucun cas que vous vous apitoyer sur le sort des profs, il y a beaucoup plus grave dans le monde de nos jours. Je cherche juste ici à remettre les choses en place.

Les profs, les élèves, les bisounours...

Les profs n’ont pas un métier merveilleux et tout plein de bonnes choses comme s’ils travaillaient avec les Bisounours. Non, les profs font, pour la majorité d’entre eux, un métier qu’ils aiment passionnément et qu’ils ont choisi avec ses avantages et ses inconvénients. La seule chose qui manque aux profs chez nous c’est un peu de considération de la part de beaucoup de monde.

Personne n’a à admirer ou détester notre métier mais il faut juste arrêter les clichés le concernant. Bon, en même temps quand on voit le temps qu’il faut à une société pour adhérer à une idée et le temps qu’il lui faut pour s’en défaire on se dit que le chemin vers la considération est encore long et semé d’embuches. Mais bon, en tant que professeur je reste toujours très optimiste et je crois dur comme fer que chacun d’entre vous, qui êtes peut être encore critiques, pourra un jour progresser vis-à-vis des clichés.

métiers d'enseignants
Le plus beau métier du monde…
Tag(s) : #France, #éducation nationale, #métier, #professeur, #école

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :