Arnaud Cléré, nouvel arrivant au FN, découvre ce que tout le monde sait déjà.

Une grande partie de la presse en parle, sans développer la principale info dans l’info. Si Arnaud Cléré, ancien futur nouvel adhérent de l’UMP avait ouvert ses yeux, ses oreilles et ses Chakras, il n’aurait pas quitté l’UMP pour le FN, pleurant aujourd’hui des larmes de crocodiles pour retourner chez Copé, qui fait, à raison, la fine bouche.

Ceci étant, ce n’est pas le premier transfuge à quitter le FN ; Anne Rosso-Roig, ex-Front de gauche marseillaise, s’était elle aussi barrée début novembre.

Arnaud Cléré ; le joyeux bisounours

L’histoire commence en mai dernier, lorsque l’agriculteur, militant UMP - tiens donc... - se fait approcher par le Front national. Dans cette petite commune de la Somme, 2 800 habitants, proche de la côte picarde, l’info avait fait le tour des médias puisqu’il s’agissait du premier accord local entre l’UMP et le FN. Arnaud Cléré ne voyait alors pas le problème et tenait tête à l'UMP. Si sa liste d'ouverture au FN l'emporte, le parti frontiste aura six candidats - « des commerçants et des artisans », précise-t-il - sur 23 ou 21 noms.

Le mieux placé sera Mariel Houyelle, agent de sécurité, qui comme Arnaud Cléré n'a jamais occupé aucun mandat électif. Occupant la troisième place de la liste, il pourrait, en cas de victoire, devenir deuxième adjoint de la commune.

« Pourquoi devrais-je repousser ces gens-là !, s'exclamait, en mai dernier, Arnaud Cléré. Ils n'ont ni la lèpre ni la galle. Je n'aurai pas fait alliance avec le FN de Jean-Marie Le Pen, mais je ne vois pas en quoi le FN de Marine Le Pen n'est pas républicain. »

Et d'expliquer la genèse de l'histoire : « J'ai commencé ma campagne des municipales en décembre dernier avec une enquête citoyenne dans les boîtes aux lettres. Il y avait un encart qui permettait de me contacter. C'est comme ça que j'ai été approché par un responsable local du FN (N.D.L.R., Mariel Houyelle) qui comme moi veut en finir avec trente ans de mairie de gauche. Il m'a proposé de faire une liste commune, j'ai accepté. J'ai aussi le soutien du MPF et la liste sera ouverte à l'UDI. »

Sauf que, y’a comme un soucis avec le Front national

Ni une, ni deux ; le candidat se fait lourder.

Et, demande, aujourd’hui, au boss de son ancien parti de le reprendre : “j'ai demandé ma réintégration a l'UMP. J'ai commis l'erreur de m'allier avec un parti non républicain,sectaire et dictateur qu'est le FN”. twitte t’il, toute honte bue.

Interrogé par l'AFP, l'ancien membre de l'UMP s'est dit "choqué" après avoir vu des "tatouages de croix nazies" et entendu "des propos xénophobes, homophobes". "J'ai fait une erreur de penser qu'on pouvait associer les genres, comme ça, entre UMP et FN. Je ne me reconnais pas dans ce parti-là", a encore expliqué cet éleveur de 34 ans, sans mandat électif.

Lors d'une réunion des têtes de liste à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) à la mi-octobre, Arnaud Cléré dit avoir entendu "ce genre de propos à tort et à travers dans des discussions banales". "Il y a deux personnes, ça m'a choqué, qui étaient tatouées avec des croix nazies sur leur bras. Quand j'écoutais Marine Le Pen, je pensais que ce genre de personnage n'existait plus dans le Front national et malheureusement je l'ai vu de mes yeux"

Bah ; un agent de sécurité en second adjoint et un bisounour en maire ; ça aurait fait, sans doute, un peu de mal à cette joyeuse commune de la Somme. Arnaud Cléré, nouvel arrivant au FN, découvre ce que tout le monde sait déjà. Avec un peu de retard, tout de même.

Arnaud Cléré, nouvel arrivant au FN, découvre ce que tout le monde sait déjà.
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog