À quoi jouent les occidentaux avec la Syrie ?

Un nouveau billet d'humeur de Manou Bouzid, notre correspondante en Tunisie.

Bachar al-Assad doit partir, il faut discuter avec Bachar al-Assad, on doit soutenir les rebelles, il faut leur livrer des armes, il faut attendre avant de livrer les armes etc…

Dans cette cacophonie de déclarations, il est difficile de s’y retrouver.

Poutine est le seul à garder sa position

Pour une fois, il est le seul à défendre la légalité de la vente d'armes. Il le dit et le martèle, les ventes d’armes à la Syrie sont légales, il n’enfreint aucune loi contrairement à ces donneurs de leçons qui veulent armer des djihadistes et des mercenaires payés par les boukachtas du golfe.

Quand au États-Unis

Dés le début de cette guerre, les États-Unis se voulaient officiellement en retrait de ce conflit.

De toute manière, ils n’avaient pas besoin de s’ingérer, le Qatar le faisait pour eux.

Et en France?

Les médias français eux, n’y sont pas allés de main morte, notamment les journalistes du « Monde » qui ont été témoins, ne l’oublions pas, d’une attaque de gaz chimique incolore, inodore et insonore, mais malgré ça avec leur grande perspicacité, ils ont réussi à récolter un échantillon pour le faire analyser à Paris.

Fabius fervent défenseur d’une intervention en Syrie, s’est empressé de transmettre les résultats de l’analyse de ce gaz que personne n’a put retracer puisque ramené clandestinement par des journalistes qui n’ont ni vu, ni senti, ni entendu ce gaz (ils l’ont happé par la bouche et ramené à Paris).

Réactions de Washington

Suite à ces révélations divines du « Monde », Big Boss Obama décide qu’il doit armer les rebelles.

Mais pour Big Boss il y a un Big problème, voire des Big problèmes.

La donne se met soudain à changer.

Premier os

Les troupes de Bachar semblent gagner non seulement sur le terrain, mais aussi sur la scène internationale où beaucoup commencent à penser que Bachar vaut mieux que les barbus sanguinaires qui n’hésitent pas à poster leurs horribles forfaits sur Facebook. Ça c’est le premier Big problème.

Deuxième os

L’allié des islamistes, Sieur Erdogan, doit faire face à une contestation aussi soudaine qu’inattendue, de la part de son peuple qui réclame de prime abord que l’on conserve leur parc, pour finir par demander son départ. Ça c’est le Big problème numéro deux.

Troisième os

Mais le Big problème numéro 3 est si soudain que les bras de Big boss lui en tombent. Personne ne s’y attendait.

Alors que les printemps arabes orchestrés par des grands chefs (d’orchestres), les peuples concernés n’y ayant vu que du feu, ils avaient surtout pour but d’atteindre certaines cibles dont l’une était la République Islamique d’Iran. Voici que celle-ci leur coupe l’herbe sous le pied.

Que fait l'Iran?

Les iraniens se rendant aux urnes, votent pour un réformateur faisant ainsi un pied de nez à tous leurs détracteurs.

Ce réformateur soutenu par la population, est capable de faire tomber le régime des mollahs et de créer une réelle ouverture avec le monde occidental.

Le litige sur le nucléaire

C'est le sujet choc qu’Israël met en avant pour pousser la communauté internationale à attaquer la République Islamique d'Iran. Ce litige, grâce à ce réformateur, pourrait être réglé à l’amiable

Comment dans ce cas là, armer une guérilla soutenue par des membres d’Al Qaïda, que Big Boss combat depuis des années, sans se retrouver en porte à faux ?

L'Oncle Sam Obama trouve la parade

Il va envoyer des armes aux rebelles puisqu’il l’a déclaré, mais pas tout de suite, ça n’urge pas; non, d’abord il y a les différents sommets, puis les pourparlers. Finalement cela nous ramène jusqu’au mois d’août.

D’ici là, la guerre en Syrie sera à un tournant décisif qu’il sera difficile de renverser.

Ainsi Big Boss, laisse le temps travailler pour lui, sans être accusé d’avoir retourné sa veste et prendre le parti de Bachar.

L’inflexibilité de Poutine peut aussi lui donner des complexes

Lors de leur dernière rencontre aux G8, sous les yeux scrutateurs des médias, Big Boss 1 et Big Boss 2, ne se sont pas accordés un regard, mais plutôt des regards en biais comme les chiens de faïence postés devant les entrées des grandes propriétés d’antan.

L’aide aux rebelles ne devient plus une priorité, même si Big Boss dit le contraire pour sauver la face, car il ne manquerai plus que Poutine vienne déclarer en se pavanant « j’avais raison, j’avais raison » !

Le jeu des médias en France

Seule la France continue son matraquage médiatique (pas tous les médias heureusement) pour aider ceux là même qu’elle vient de combattre au Mali. Ils se sont simplement déplacés par avion Qatari, selon des sources algériennes.

Alors comme dans la chanson « moi j’avance toi tu recules, comment veux tu que je… », inutile d’aller plus loin dans la chanson, qui est aujourd’hui la danse de prédilection de Big Boss Obama. De peur d’oublier son préservatif, il préfère l’abstinence afin de se préserver des maladies sexuellement transmissibles comme a dû faire face avant lui son prédécesseur, Little Big Boss Busch, qui sans préservatif est parti sodomiser l’Irak pour se retrouver à son tour sodomisé en Afghanistan.

Vous lirez peut-être aussi...

Une Vague Blanche pour la Syrie-Une Vague Blanche pour la Syrie

Une Vague Blanche pour la Syrie

Deux ans de crimes contre les civils. Selon les Nations-Unies, plus de 70 000 personnes ont été tuées, des dizaines de milliers d’autres ont été blessées, sont disparues ou emprisonnées, des milliers ont été victimes d’actes de torture, de mauvais traitements, de violences sexuelles, des millions ont été déplacées à l’intérieur et des centaines de milliers sont réfugiées à l’extérieur du pays... Lire l'article
 
À quoi jouent les occidentaux avec la Syrie ?
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog